La référence des professionnels
des communications et du design

Greenpeace: prêt à vendre des maisons pour conscientiser la population

À la chronique Bêtes de pub cette semaine, Arnaud Granata, éditeur d’Infopresse, et Stéphane Mailhiot, vice-président, stratégie, de Havas Montréal, reviennent sur une agence immobilière fictive créée de toutes pièces par Greenpeace. 

arnaud granata

infopresse

Orizon est une agence fictive qui pratique «l'immobilier prédictif», c'est-à-dire qu'elle prédit la montée des eaux pour dénicher des logements situés en bord de mer dans les prochaines années.

Un site web a ainsi été conçu afin de montrer ses «services». À l'aide d'un algorithme, les internautes sont invités à découvrir les annonces de biens immobiliers d'une région donnée, tout en indiquant le bénéfice estimé qu'ils en retireraient en achetant dès maintenant. 

Ce n'est qu'une fois que l'utilisateur clique sur une annonce que Greenpeace finit par se dévoiler en invitant les gens à verser un don. Par ailleurs, les logements affichés sur le site sont bien réels, et un lien renvoie même sur le vrai site de l'annonce. 

 

stéphane mailhiot

havas montréal

Stéphane Mailhiot explique que ce que «cette opération fait de bien, c'est que si l'on spécule déjà sur l'immobilier, c'est que les changements climatiques sont pour demain».

Également au programme cette semaine: la marchandisation de la fille de Serena Williams, une nouvelle campagne du Parti conservateur et un jeu vidéo pour prendre conscience de l'ampleur de l'industrie du trafic d'humains. 

Retrouvez l’intégralité de la chronique Bêtes de pub, diffusée le jeudi à l’émission Médium large de Radio-Canada Première.

 

comments powered by Disqus