La référence des professionnels
des communications et du design

Stéphanie Michaud: changer les règles du jeu

Stéphanie Michaud porte plusieurs chapeaux: sportive motivée, voyageuse chevronnée, amie à l’écoute et stratège média d'OMD. À 27 ans, elle arbore déjà savamment tous ces couvre-chefs.   

Stéphanie Michaud est reconnue dans l’industrie comme une actrice de changement. En à peine deux ans au sein de l'agence média OMD, elle a pu se tailler une place enviable, en menant de front des comptes nationaux, en faisant constamment place à l'innovation. Elle a aussi reçu le prix de la Relève Média 2017, en plus de s'engager dans des organismes comme Danse Danse, qui participe au rayonnement de la danse contemporaine, et ABaCoDe, qui permet aux jeunes de se développer à plusieurs niveaux par le basketball. 

Quelle est la réalisation dont vous êtes le plus fière?

La rédaction de mon mémoire de maîtrise sur l’impact de l’activation de la marque des commanditaires en événementiel, en collaboration avec Igloofest. Un mélange de data, de branding et de culture. J’ai dû quitter ma zone de confort en étant contrainte de délaisser le travail d’équipe pour une tâche plutôt solitaire, la rédaction. Le high que tu sens quand tu finis un projet comme celui-ci n’a pas d’égal. Je vois la pertinence de ce projet tous les jours dans la compréhension de la réalité d’affaires de mes clients.

Que représente pour vous une mention à ce palmarès?
C’est un honneur incroyable et la symbolisation d’une belle reconnaissance. Je suis fière de faire partie de ce palmarès et je constate que notre hub montréalais est diversifié et rafraîchissant. Chaque game changer a son histoire, aussi unique soit-elle. Ça rejoint une citation d'Oscar Wilde entendue récemment, que j’ai adoptée: «Soyez vous-même, tous les autres sont déjà pris». Il n’y a pas d’ingrédients secrets pour s’épanouir et se dépasser.

Que vouliez-vous devenir lorsque vous étiez enfant? 
Une chanteuse ou une danseuse professionnelle. La musique me fascine, la danse me permet de m’exprimer, et l’idée de gagner ma vie en les combinant me faisait rêver. Je suis rendue à 27 ans, je me laisse aller sur le plancher de danse la fin de semaine. Ceux qui passent beaucoup de temps avec moi savent qu’à partir de 17h, je me transforme en juke-box.

Qu'est-ce qui vous a incitée à faire ce que vous faites aujourd’hui? 
La pub me fait tripper depuis ma jeunesse. J’ai toujours porté un regard critique sur les annonces télé en essayant de comprendre l’insight consommateur (je ne savais aucunement que ça s’appelait comme ça dans le temps!). Donc, quand venait le temps de parler de pub, je devenais et je suis encore une vraie éponge. Le baccalauréat en administration marketing à l’École des sciences de la gestion de l'Uqam ne consacre malheureusement qu'une maigre partie du cursus à ce média, me laissant sur ma faim. Après une conférence sur le sujet donné par Danick Archambault et la confirmation de ma passion pour le média, j’ai postulé et travaillé chez Jungle Média. J’ai maintenant la chance d’évoluer et d’apprendre au sein d'OMD Montréal depuis deux ans.

Quel est le plus grand défi d'un professionnel des communications aujourd'hui?
L’industrie est en constant changement, il faut s’adapter... C’est LE défi qu’on entend de façon récurrente et c’est vrai, la sphère des médias est excitante et mouvante! Mais pour moi, l’essentiel réside dans les relations humaines. Il n’y a pas de secret; il faut bien s’entendre, collaborer de façon créative, entrechoquer nos idées pour qu’il en émerge de meilleures. On ne doit pas négliger l’importance de ce qui est à la base des solutions à nos défis, soit de nourrir nos relations humaines.

Comment pensez-vous ou souhaitez-vous influencer l'industrie? Changer les choses? 
Je fais partie d’une belle génération de personnes qui remettent constamment en question le statu quo, et c’est du bonbon. On peut se lancer dans des occasions toutes faites, mais aussi en créer d’autres encore plus innovantes. L’accès aux données, la proximité des intervenants d’affaires et la créativité seront des éléments déterminants dans l’évolution de notre industrie. Un bel exemple est la nécessité dans une agence média de me positionner comme partenaire d’affaires afin d’exercer un rôle d’influenceur dans les discussions d'affaires, plutôt que de prendre une simple commande. La relève est prometteuse et je suis bien fière de participer à ce changement. 

Qu’est-ce que vous ne serez pas dans 10 ans? 
Éteinte, blasée, plate, prévisible, ces termes sont tellement lourds. Je veux continuer de m’en éloigner pour le reste de ma vie!

Qui est votre plus grand modèle/mentor?
Ma mamie, la battante de ma vie, celle qui me fait croire que tout est possible, celle qui m’a transmise cette force de caractère qui me mène au bout de mes rêves, celle que j’aime tant et qui veille sur moi maintenant. 

Quelle est votre devise? 
No shame, no game. Toutes les interprétations sont bonnes. Je vous laisse choisir la vôtre!

En tête-à-tête avec quelqu’un (mort ou vivant), ce serait avec qui?
La très vivante Katy Yam, directrice, marketing et communications, d'Élément AI, que j’ai vite et récemment côtoyée dans un atelier à La Factry. Une femme passionnée et inspirante qui a compris le jeu de la créativité et des données. 

Quel projet vous rend verte de jalousie? 
Peut-on changer le mot «jalousie» pour «admiration»? Tellement de grandes idées et d’exécutions complètement brillantes se sont déployées dans notre milieu. Mon préféré parmi toutes depuis 2015 reste Vodafone Red Light App, qui a gagné un Grand Prix au Festival international de la créativité, à Cannes. Quand une entreprise prend par les cornes un problème social, puis utilise de façon poignante son pouvoir d’influence, en intégrant responsabilité sociale, créativité et données, c’est du média à son meilleur.

Quelle est votre plus grande déception? 
Le temps, car on en n’a jamais assez.

Comment décrivez-vous votre travail à votre mère? 
Chez nous, mes parents voulaient constamment couper le son pendant les pauses publicitaires. Il faut croire que de l'interdiction naît la tentation!

Pour connaître tous les autres 30/30 Infopresse 2017, consultez notre dossier.

Photo: Stephany Hildebrand, de Zetä Production

comments powered by Disqus