La référence des professionnels
des communications et du design

Le Montréal de John Londoño pour le fabricant de chaussures Native

Le fabricant britanno-colombien de chaussures Native a emprunté l’œil de l’artiste montréalais John Londoño, pour la réalisation et la direction photo de sa plus récente campagne vidéo.

Native a directement approché Consulat, la firme de création et de production représentant le photographe, pour la conception de son film, sans recourir aux services d’une agence publicitaire. «Ils avaient une idée claire en tête, explique John Londoño. J’aimais beaucoup leurs idées, les références, qu’ils m’ont laissé interpréter.»

Si les Grimes, Vanessa Paradis, Oasis, Mac DeMarco, Pierre Lapointe et Dead Obies ont tous afflué dans la lentille de l’artiste, il n’est pourtant pas exceptionnel que le photographe accepte la réalisation de projets avec très peu de budget. «Il est cependant essentiel d’avoir un maximum de liberté.»

John Londoño ne se prétend pas réalisateur pour autant. «Je me vois plutôt comme un directeur photo: lorsque je réalise, je le fais surtout comme un trip de directeur photo. Par exemple, pour ce projet, j’ai pris le risque de tout faire avec une seule lentille, anamorphique, un choix parfois difficile à faire passer en agence ou auprès d'une entreprise.»

Et c’est justement cette idée de liberté qui a conquis John Londoño dans sa collaboration avec Native. «Le scénario était bien construit, mais j’avais envie d’y inclure une sorte d’atmosphère de no-man’s land, pour bien contraster avec la fin de la vidéo.» Terrain vague, viaduc, camions sillonnant l'autoroute comme des fourmis, l’uniformité d’un quartier résidentiel de banlieue: des images austères d’une terre presque sans homme.

La trame sonore représente aussi un élément central de la vidéo. «On voulait absolument une musique originale, mais avec aussi peu de budget, impossible de créer une pièce exclusive.» Le casting sauvage déniché par la productrice Éliane Sauvé, vagabonde donc dans Montréal sur la pièce rock aux accents psychédéliques Exposition, du groupe montréalais Adam Strangler

Dans cette vision grise et industrielle, surgissent des jeunes qui se tordent de rire, des pétales de rose lancées sous un ciel en camaïeu de rose et l'ancienne usine Salada bardée de formes et de couleurs vives par l’artiste urbain Maser. John Londoño avait envie de «porter un regard subjectif et subtilement critique sur le monde qui l’entoure», par ces éléments qui contrastent avec le sujet du film, les bottes Camo Treklite de Native. 

Annonceur: Native
Agence de production: Consulat
Réalisation et direction photo: John Londoño
Production: Éliane Sauvé
Musique: Adam Strangler
Stylisme: Guillaume Laflamme
Montage: Jesse Rivière
Assistance caméra: Kevin Gourvellec
Équipement: Cinéground

comments powered by Disqus