La référence des professionnels
des communications et du design

Les revenus publicitaires canadiens grugés par Facebook et Google

Le Forum des politiques publiques (FPP) a dévoilé un rapport sur l'avenir des médias canadiens. On y apprend que leurs revenus publicitaires sont en chute libre, tandis que Facebook et Google accaparent 70% des revenus de la publicité numérique au pays.

Intitulé Le miroir éclaté: Nouvelles, démocratie et confiance dans l'ère numérique, le rapport dresse le portrait du paysage médiatique canadien actuel et se conclut par 12 recommandations qui visent à assurer la pérennité des médias d'ici.

Parmi elles, le FPP estime que le gouvernement fédéral doit intervenir pour contrecarrer les effets de la saignée des revenus publicitaires. Il propose ainsi la création d'un fonds pour l'avenir du journalisme et de la démocratie, financé par une nouvelle taxe imposée aux sociétés internationales.

Concrètement, le FPP souhaite voir les entreprises comme Google et Facebook contribuer à la survie des médias d'ici, alors qu'elles récoltent une grande part du gâteau du marché publicitaire numérique au pays, sans produire de contenu canadien. Le FPP désire ainsi que le gouvernement fédéral injecte 100 millions$ pour démarrer les opérations de ce nouveau fonds, qui pourrait ensuite être financé jusqu'à hauteur de 400 millions$ par année par la taxe aux entreprises étrangères. Cette somme servirait à créer des projets numériques afin d'aider les médias d'ici à s'adapter à l'ère numérique.

Revenus publicitaires décryptés

Le rapport révèle aussi des données sur les revenus publicitaires numériques des médias canadiens.

En 2005, les annonceurs canadiens ont investi 562 millions$ en ligne, contre 2,7 milliards$ dans les journaux.

En 2016, la publicité numérique atteint désormais 5,6 milliards$ (dont un milliard$ en français), avec une augmentation annuelle d’environ 20%, tandis que dans les journaux, la publicité a chuté à 1,4 milliard$ (baisse de 48%).

Néanmoins, malgré une croissance marquée des revenus provenant de la publicité numérique, le portefeuille des médias canadiens demeure en chute libre. La cause? Facebook et Google, qui empochent 70% des revenus publicitaires en ligne au pays, sans verser aucun impôt au gouvernement fédéral.

En effet, la part du marché numérique canadien de Google représente environ 10 fois celle du secteur de la presse quotidienne et 60 fois celle des journaux communautaires. À titre comparatif, les recettes générées grâce au numérique pour les journaux et les émissions télévisés s’élèvent environ au septième du total des recettes générées par Google et Facebook au pays.

Les deux géants empochent ainsi deux dollars sur trois investis dans la pub numérique au pays et, ces derniers mois, ils ont généré 82,4% des publicités s'affichant en ligne. En 2016, les éditeurs canadiens représentaient seulement 11,5% du marché de l’affichage numérique ici, indique le rapport.

Le rapport, gratuit, peut être consulté et téléchargé à cette adresse.

comments powered by Disqus