La référence des professionnels
des communications et du design

4 nouvelles technologiques à surveiller

Cette semaine, la publicité débarque dans les Stories d'Instagram, Google Maps permet de commander un Uber, un «chat» payant annoncé sur YouTube, et Facebook dévoile Journalism Project, qui aidera les médias à présenter leur contenu d'une nouvelle façon.

* Instagram, dans ses Stories, et Facebook, dans ses vidéos, implantent la publicité de type mid-roll.

Depuis le 11 janvier, Instagram accueille des encarts publicitaires, placés entre deux Stories d'utilisateurs. Les publicités prennent la forme d'images ou de vidéos plein écran. Pour commencer, seulement 30 marques, dont Netflix, Asos, General Motors, Nike et Louis Vuitton, peuvent bénéficier de ce service, qui s'étendra à l'ensemble des marques dans les prochaines semaines.

TROIS exemples de publicités dans les stories instagram, ici avec la marque asos.

De plus, Instagram propose les insights, qui indiqueront la portée, les impressions et le nombre de messages reçus, directement sur le profil des entreprises. Ces nouveaux outils permettront à l'application de monétiser ses Stories, maintenant employées par 150 millions d'utilisateurs par jour, une hausse de 50% depuis octobre, indique Recode.

Du côté de Facebook, Recode annonce l'arrivée imminente d’une phase de test à grande échelle qui verra apparaître des publicités au milieu des vidéos présentées sur la plateforme. Elles pourront être placées au moment souhaité par les éditeurs, une fois passée la barre des 20 secondes de visionnement. Les éditeurs recevront 55% de ces revenus publicitaires, le restant allant dans la bourse de Facebook.

* Google Maps permet désormais de commander un Uber sans devoir sortir de l'application.

Dans un billet de blogue, Google présente une nouvelle fonctionnalité qui permet de «réserver, compléter et payer pour une course Uber sans jamais quitter Google Maps, même si l'application Uber n'est pas installée sur l'appareil».

Pour y parvenir, l'utilisateur devra créer un compte Uber au préalable, puis inscrire ses identifiants dans Maps. À noter: Maps affiche également la position des voitures Uber accessibles dans les rues à proximité, à la manière de l'application du même nom. Une fois son Uber réservé, Maps permettra de suivre son déplacement dans l'application, accompagné des détails sur le type de véhicule, le nom du chauffeur et la plaque d'immatriculation.

* YouTube annonce Super Chat, une fonctionnalité qui permettra de débourser un montant pour que son commentaire soit épinglé lors d'une séance de «livechat» pendant vidéodiffusion en continu.

Les montants déboursés pour épingler et mettre en valeur son commentaire seront redirigés dans les poches du créateur de contenu, explique l'entreprise dans un billet de blogue, qui espère ainsi attirer davantage de créateurs en leur permettant de monétiser leurs contenus.

Les messages épinglés seront mis en évidence dans le flux des commentaires et resteront en tête des commentaires pendant une période pouvant aller jusqu'à cinq heures. YouTube indique que le lancement de Super Chat est prévu pour le 31 janvier prochain, dans 20 pays (dont le Canada) pour les créateurs de contenu, et dans 40 pays pour les utilisateurs.

* Facebook dévoile Journalism Project, une série de mesures visant à renforcer la qualité du contenu médiatique et à revaloriser les «vraies» nouvelles sur la plateforme sociale.

Grosso modo, Journalism Project comporte trois grands axes:

1. Le développement de nouveaux produits: Facebook veut permettre aux médias de présenter leur contenu d'une nouvelle façon, à l'aide d'un format qui rassemble plusieurs Instant Articles d'un même média, permettant ainsi aux lecteurs de consommer plusieurs sujets/articles à la fois.

Aussi, le réseau social souhaite soutenir davantage les médias locaux, notamment en permettant aux médias qui exigent un abonnement payant d'offrir aux utilisateurs de Facebook une période d'essai gratuite. De plus, pour aider à la monétisation, Facebook entend inclure des publicités de type mid-roll dans les vidéos et les vidéodiffusions en direct des éditeurs (comme expliqué précédemment).

2. Des outils pour journalistes: Facebook offrira des cours en ligne sur sa plateforme pour faciliter l'emploi des outils, produits et services utiles aux journalistes. Ils seront offerts en neuf langues, et un partenariat avec Poynter permettra la création d'un «certificat» numérique pour journalistes, émis par Facebook.

De plus, Facebook permettra aux administrateurs des pages de médias de désigner certains journalistes en tant que «contributeurs». Ces derniers auront accès à différentes fonctionnalités propres aux administrateurs, notamment la capacité de lancer une vidéo en direct. Le tout, dans l'optique de rendre cette fonctionnalité plus souple et plus facile à faire pour les salles de rédaction.

3. Lutter contre le faux: Facebook travaillera avec des organismes dans le but de lutter contre les fausses nouvelles et devenir «un écosystème sain pour l'actualité». Ainsi, Facebook s'associe avec l'organisme Poynter's International Fact Checking Network, qui compte sur l'expertise de Politifact, d'Associated Press et d'ABC News, entres autres, afin de créer un petit bataillon mandaté de vérifier la véracité des nouvelles partagées sur le réseau social. Le résumé ici.

L'entreprise annonce que ces mesures ne sont que «le début de nos efforts sur ce front – nous avons encore beaucoup à faire. Journalism Project servira de plaque tournante pour nos efforts afin de promouvoir et soutenir le journalisme sur Facebook». Une histoire à suivre en cette ère de «post-vérité».

comments powered by Disqus