La référence des professionnels
des communications et du design

Quand une fausse pub devient virale

À la chronique Bêtes de pub cette semaine, Arnaud Granata, éditeur d'Infopresse, et Stéphane Mailhiot, vice-président, stratégie, de Havas Canada, discutent d'une fausse publicité pour Adidas devenue virale.

arnaud granata

infopresse

Réalisée par un étudiant allemand de 26 ans dans le cadre d'un projet scolaire, Break Free met en scène un homme de 79 ans, autrefois athlète, qui retrouve ses anciens souliers de course Adidas, puis tente de s’évader du centre pour personnes âgées qu’il habite.

La particularité de ce film publicitaire? Il n'est d'aucune façon issu des bureaux d'Adidas. Après l'avoir complété, l'étudiant l'a placé en ligne, et la vidéo totalise depuis plus de 10 millions de visionnements, un chiffre plus élevé que bon nombre des «vraies» campagnes d'Adidas mettant en scène des vedettes de tous acabits.

L'étudiant indique avoir contacté l'entreprise à plusieurs occasions, étant chaque fois laissé sans réponse. À la suite du succès viral de la publicité, la marque aux trois bandes a toutefois proposé un stage à l'étudiant, qui a refusé l'invitation pour poursuivre ses activités à son compte.

stéphane mailhiot

havas canada

Selon Arnaud Granata, cet épisode démontre que l'intérêt d'une production n'est pas nécessairement associé aux moyens dont on dispose, ni au contexte dans lequel elle naît. Il reconnaît aussi que sans avertissement préalable, il est très difficile de reconnaître que la publicité n'est pas un produit officiel d'Adidas. Stéphane Mailhiot renchérit que la qualité de la réalisation et de la photographie rendent la publicité à la hauteur des films professionnels d'agence. Pour lui, la qualité de l'exécution est trompe-l’œil et elle invite à se poser des questions: sans contexte, comment savoir par qui un travail est effectué, dans un monde où les plateformes de diffusion sont légion?

Aussi au programme cette semaine: un café éphémère nouveau genre à Londres qui offre de la nourriture en échange d'une séance d'entraînement, un algorithme pour décider à quelles campagnes de sociofinancement contribuer, et retour sur les premières bourdes de 2017 en communication.

Retrouvez l'intégralité de la chronique «Bêtes de pub», diffusée le jeudi à l’émission Médium large de Radio-Canada Première.

comments powered by Disqus