La référence des professionnels
des communications et du design

«Kim K» et Airbnb: la publicité qui voulait se cacher

À la chronique Bêtes de pub de cette semaine, Arnaud Granata, éditeur d'Infopresse, et la journaliste Marie-Claude Ducas discutent, entres autres, des publications commanditées des vedettes.

Cette semaine, Kanye West et Kim Kardashian sont allés à New York et ont préféré louer un luxueux penthouse sur Airbnb, plutôt que de rester dans un hôtel. Pendant leur séjour, Kim Kardashian en a profité pour partager, sur les réseaux sociaux, plusieurs clichés réalisés dans le penthouse en question, accompagnés de commentaires élogieux sur cette location.

arnaud granata

infopresse

Arnaud Granata invite toutefois à la prudence face à ce type de publications dithyrambiques de vedettes. Il souligne que l'appartement loué par le couple Kardashian-West était prêté par Airbnb, non seulement pour une nuit, mais en leur offrant de s'y installer pour quelques mois, une partie de l'histoire complètement négligée dans les publications de «Kim K».

Truth in advertising, qui vise à avertir les consommateurs américains des pratiques publicitaires douteuses, s'en est donc mêlé. En effet, l'organisme américain a écrit à l'avocat de Kim Kardashian, demandant une précision sur ces publications, qui ne sont pas claires sur la présence, ou non, d'une commandite d'Airbnb. Kim Kardashian a réagi en ajoutant le mot-clic #ad aux publications en question.

Arnaud Granata rappelle qu'au Canada, des lois existent pour contrer de telles pratiques. Il précise toutefois que la limite est assez floue entre une célébrité qui se fait offrir un produit et qui décide d'en parler de façon volontaire, et les cas où elle se fait payer pour en parler.

marie-claude ducas

journaliste

Illustrant que Kim Kardashian se fait payer de 750 000$US à un million$US pour chacun de ses messages commandités sur Twitter, Instagram ou Facebook, Arnaud Granata estime que des questions juridiques et éthiques méritent d'être étudiée, ici comme ailleurs. Marie-Claude Ducas conclut qu'avec les réseaux sociaux, ces publications brouillardeuses échappent à un encadrement qui pourrait être plus strict.

Aussi au programme cette semaine: Star Trek fête ses 50 ans, analyse de l'image de la semaine, tirée d'un braquage de banque dans le quartier Outremont de Montréal et regard sur les raisons pour lesquelles les mots-clics se transforment en slogans.

Retrouvez l'intégralité de la chronique «Bêtes de pub», diffusée à l’émission Médium large de Radio-Canada.

* En couverture: image tirée d'une publication Instagram de Kim Kardashian pour Airbnb.

comments powered by Disqus