La référence des professionnels
des communications et du design

Le marketing culturel, une affaire à «désacraliser»?

À la chronique Bêtes de pub de cette semaine, Arnaud Granata, éditeur d'Infopresse, et Stéphane Mailhiot, vice-président, stratégie, de Havas Worldwide Canada, discutent, entres autres, du marketing de la rentrée culturelle.

Au Québec, l'arrivée de l'automne s'accompagne de la rentrée culturelle et de ses multiples campagnes promotionnelles. Cette année, Arnaud Granata observe toutefois qu'un certain point de rupture semble se produire, causé par ce sempiternel objectif: rajeunir son auditoire tout en conservant celui acquis.

arnaud granata

infopresse

Un organisme culturel, rappelle Arnaud Granada, doit vendre ses billets de spectacle, au même titre qu'une entreprise doit promouvoir ses produits. L'offre culturelle québécoise étant parfois supérieure à la demande, les organismes culturels d'ici doivent donc parvenir à se doter d'une image distinctive.

À ce chapitre, Arnaud Granata souligne l'initiative récente de l'Orchestre symphonique de Québec, signée Lg2. Mettant en scène de jeunes adultes néophytes de musique classique, l'offensive, selon lui, parvient à élargir son auditoire, en touchant un public qui aurait autrement été délaissé.

stéphane mailhiot

havas worldwide canada

Précisant que plusieurs organismes culturels sont très créatifs dans leurs approches de communication même s'ils ne disposent pas de moyens suffisants pour se payer une agence de publicité, Arnaud Granata conclut que l'industrie du divertissement réussit bien à vendre l'idée noble de faire une sortie culturelle.

Stéphane Mailhiot juge de son côté que l'industrie culturelle doit parvenir à se renouveler, elle qui serait encore trop figée dans des codes publicitaires de moins en moins actuels. Il conclut en saluant ces initiatives publicitaires qui franchissent un pas vers le public. Vendre un produit culturel, selon lui, est une affaire à désacraliser.

Aussi au programme cette semaine: retour sur la controverse autour de l'article sur le chef Ricardo Larrivée dans le magazine Elle France, regard sur le lobby du sucre et les raisons qui expliquent l'utilisation de l'«empowerment» en publicité.

Retrouvez l'intégralité de la chronique «Bêtes de pub», diffusée à l’émission Médium large de Radio-Canada.

comments powered by Disqus