La référence des professionnels
des communications et du design

Ces marques de la réconciliation

Crise des migrants, tensions raciales aux États-Unis, sans compter le Brexit au Royaume-Uni… on est en quête d’harmonie, et de la construction d’un avenir plus lumineux. Et les consommateurs s’attendent à ce que les marques et entreprises jouent leur rôle en ce sens.

Selon les données du baromètre de la confiance d'Edelman 2016, 69% des gens croient que les entreprises sont en phase avec le monde, changeant, dans lequel ils vivent. À titre comparatif, seulement 47% pensent que les gouvernements le sont.

C’est la raison pour laquelle les entreprises ont désormais un rôle à jouer dans un monde où toute initiative positive est la bienvenue. Le plus récent rapport de Trendwatching met donc en lumière de récentes campagnes exploitant le thème de la réconciliation.

#ShareTheLoad est une offensive indienne par la marque de détergent Ariel (de Procter & Gamble) qui promeut la justice entre hommes et femmes. On y voit un père demandant pardon à sa fille de ne pas partager les tâches domestiques avec elle.

Autre campagne prônant la réconciliation: en vue du récent référendum au Royaume-Uni, le transporteur aérien Ryanair a offert des billets à tarif réduit aux citoyens désirant rentrer au pays pour exercer leur vote – en faveur du maintien du Royaume-Uni dans l’Union européenne. L'entreprise a certes choisi de prendre parti, mais elle a opté pour le parti, rassembleur, de l’unité. L'offensive avait pour nom Fly Home To Vote "Remain".

Certaines marques ont également réalisé des opérations concrètes sur le terrain. En Inde, la chaîne de restauration rapide KFC a décidé de s’attaquer au problème de la famine chez les enfants en sollicitant ses propres clients. À l’achat de leur repas, ils étaient invités à donner un peu d’argent destiné à des organismes voués à la cause.

Des initiatives de marques visent aussi à rassembler, littéralement, les gens. En Bulgarie, la marque de bière Heineken voulait encourager les gens (les hommes surtout) à être un peu plus sociables. En mai dernier, elle a donc organisé des soirées de visionnement des parties de soccer de la Ligue des champions qui nécessitaient la participation de tous. En effet, chaque chaise ne permettait que d’illuminer un carré de l’écran, et 80 personnes étaient requises pour obtenir une image complète. L’offensive était intitulée Jigsaw (casse-tête).

Consultez le rapport complet de Trendwatching en suivant ce lien.

comments powered by Disqus