La référence des professionnels
des communications et du design

Prune les fleurs: le bonheur de créer sa formule

Avant d'être connue en tant que fondatrice et directrice artistique de Prune les fleurs, Nadine Jazouli était une publicitaire qui a un jour décidé de brasser ses cartes. Un nouveau portrait de la série Ils étaient en pub.

Les médias se sont intéressés à Nadine Jazouli au cours des derniers mois pour ses arrangements floraux mis à l'honneur dans la nouvelle enseigne de Griffintown. 

Après 13 années passées en agence (Havas, Cossette, Sid Lee, Taxi, Palm, Tam-Tam/TBWA), Nadine Jazouli n'a pas choisi explicitement de devenir entrepreneure. Elle a plutôt décidé de prendre une année sabbatique pour faire le point, trouver un peu de répit et, de ses dires, «rééquilibrer sa vie».

Elle prévoyait ainsi continuer à faire les contrats de son atelier, Prune les fleurs, mais un concours de circonstances a fait débouler les choses. Appelée en février dernier par l'équipe de la maison Corbeil, Nadine Jazouli s'est fait proposer d'ouvrir un comptoir de fleurs dans leur nouvelle-boutique concept du quartier Griffintown: Must (qui abrite également la boulangerie La Bête à pain). 

nadine jazouli

Une nouvelle réalité
Puisqu'elle n'avait pas prévu cette suite d'événements, Nadine Jazouli explique se découvrir en tant qu'entrepreneure. Une réalité très enrichissante et très valorisante à ses yeux. Car cette nouvelle expérience fait appel au savoir-faire qu'elle a développé pendant de nombreuses années en travaillant pour des entreprises, ainsi qu'à un côté créatif dont elle voulait se rapprocher. Elle travaille désormais avec d'autres entrepreneurs, dont la famille Corbeil, qui l'inspire, et découvre que ses acquis en gestion, en organisation et en relations humaines lui permettent une forme d'autonomie insoupçonnée.

«J’aime cette nouvelle liberté inhérente au fait d’être mon propre patron. La liberté est ce que je préfère de ma réalité d'entrepreneure. Une liberté d'horaires, mais de décisions aussi. Je découvre que certains choix m'ont amenée à m'ouvrir à des choses auxquelles je n'aurais pas pensé a priori.»

Femme de création, et de communications aussi
Si elle n'est plus en agence, Nadine Jazouli a tout de même gardé un pied dans le domaine dans lequel elle s'était spécialisée. 

«La liberté est ce que je préfère de ma réalité d'entrepreneure. Une liberté d'horaires, mais de décisions aussi.»

Ainsi, elle fait, depuis le début de l'année, de la consultation en communication, ce qui représente pour elle le «meilleur des deux mondes». Ce qu'elle a mis sur pied ainsi est plus qu'une entreprise, c'est «une combinaison personnalisée. Je suis en train de me créer ma propre formule professionnelle. Et je trouve que c’est incroyable de pouvoir faire ça».

Car il faut le dire, ce qui a mené Nadine Jazouli à se lancer dans le vide, c'est en grande partie le rythme effrené de l'emploi à temps plein et les contraintes liées à un emploi dans un bureau. Son nouvel emploi du temps ne la fait peut-être pas travailler moins, mais différemment, et lui offre un rythme de vie qui la comble. Le futur dans cette optique? «Consolider mes acquis. Suivre le cours des choses. Et me demander ensuite si ça me convient encore.» 

Crédit photo (couverture): Cindy Boyce

comments powered by Disqus