La référence des professionnels
des communications et du design

Création de contenu d'infolettre: sept erreurs fréquentes

L'infolettre constitue un outil de communication efficace et engageant, si tant est que son contenu soit bien élaboré. Pourtant, plusieurs entreprises répètent les mêmes erreurs. Lavinia Botez, consultante en stratégie et contenu web, présente sept erreurs faciles à corriger. 

​1. Faire fi du mobile
En 2016, on lit d’abord nos courriels sur notre appareil mobile. Il est donc impensable de produire une infolettre pas optimisée. Cela dit, ce n’est pas suffisant. Écrire pour le mobile signifie aussi envoyer un message clair avec des points de repère pour que les gens s’y retrouvent facilement.

Il faut penser que les lecteurs mobiles «scannent» tout ce qu’ils lisent sur leurs appareils.

Lavinia botez

consultante web

2. Rédiger un objet trop long

Les objets des infolettres doivent être de 50 caractères ou moins (incluant les espaces et les émoticônes). Pourquoi si peu? Parce que, encore, les utilisateurs lisent d’abord leurs courriels sur leurs appareils mobiles et qu’ils doivent pouvoir déchiffrer 100% du message de l’objet. L’objet est le premier contact, le titre doit être accrocheur pour donner envie au lecteur de cliquer. 

3. Diffuser une infolettre qui ressemble à une page de renvoi

Certaines entreprises ont tellement peur de s’éloigner de leur identité visuelle qu’ils s'y collent trop. Résultat: un condensé de contenu sur une page qui, même si techniquement «optimisée», est illisible sur un appareil mobile. 

4. Avoir trop de contenu

Quand, par exemple, une infolettre interne comprend: les bons coups, les embauches, les départs, le mot de bienvenue (en entier) du chef de la direction et le prochain événement... C’est qu’elle est trop longue. Votre infolettre n’est pas un répertoire d’information où le lecteur doit faire ses choix de lecture à la carte. Vous devez faire ce choix pour lui.

Quand il y a trop de contenu, l'on décourage le lecteur et on le perd.

5. Publier des images de mauvaise qualité

Photo de groupe mal éclairée, photo pixélisée ou mal cadrée, image qui illustre mal le contenu de l’article, texte illisible intégré à l’image, image tantôt carrée tantôt rectangulaire... Tous ces exemples sont à éviter. La qualité du visuel doit toujours être excellente. 

6. Oublier d’inclure des liens

Intégrer des liens dans son infolettre s'avère une excellente façon de générer de l'achalandage vers votre site web. Quand vous créez un événement, puis que vous le partagez dans votre infolettre, mettez les éléments les plus accrocheurs en évidence et dirigez les lecteurs sur votre site pour qu’ils puissent y puiser tous les détails.

Assurez-vous aussi que vos liens fonctionnent bien. Rien de plus frustrant que de se retrouver face à une page «erreur 404».

7. Banaliser la révision

Oui à Antidote et, surtout, oui au réviseur. Celui qui rédige peut avoir raté une faute de frappe, d’orthographe ou une erreur grammaticale, et Antidote n'est pas à l’épreuve de tout. Planifiez une dernière relecture par un réviseur-œil-de-lynx avant d’appuyer sur le bouton «envoyer». 

Et puis, toujours avant, mettez-vous une dernière fois à la place du lecteur et posez-vous deux questions cruciales: «Qu’est-ce que cette infolettre va lui apporter?» et «Pourquoi une personne occupée lirait cette infolettre?». 

Lavinia Botez, consultante en production et stratégie de contenu web, animera la formation Concevoir une infolettre efficace le mercredi 10 août prochain. Contactez l’équipe du Campus pour en savoir plus: campus@infopresse.com ou 514 840-3377.

comments powered by Disqus