La référence des professionnels
des communications et du design

#BlackLivesMatter et le marketing des causes sociales aussi

À la chronique Bêtes de pub de cette semaine, Stéphane Mailhiot de Havas Worldwide Canada discute, entres autres, du marketing des causes sociales et du mot-clic #BlackLivesMatter.

Le mouvement social #BlackLivesMatter est apparu à la suite de divers problèmes de violence avec la police dans les communautés afro-américaines.

STÉPHANE MAILHIOT

HAVAS WORLDWIDE CANADA

Stéphane Mailhiot se demande toutefois pourquoi les marques n'embrassent pas cette cause, alors que ce fut le cas pour d'autres revendications sociales par le passé.

Par exemple, le mot-clic #LoveWins, en faveur du mariage gai, avait rassemblé plusieurs marques autour de cette démarche progressiste. Dans le cas de #BlackLivesMatter, le sujet est peut-être tout simplement trop sensible pour que les marques embarquent, estime Stéphane Mailhiot.

La mise en marché des causes sociales semble cependant devenue incontournable, alors que les marques peuvent servir d'agents de transformation de la société, établissant un cadre de référence plus normalisé de par leur engagement dans une campagne sociétale.

Ainsi, à défaut de soutenir le mot-clic #BlackLivesMatters, Stéphane Mailhiot croit que les entreprises pourraient s'engager sur le plan de la marque employeur. Si une organisation ne veut pas s'associer au mot-clic, par crainte de paraître commercialement opportuniste, il pourrait être intéressant de la voir agir quant à sa marque employeur, afin de rappeler qu'elle engage de façon diverse et offre des chances de progression et de promotion à tous ses employés, peu importe leur origine.

Aussi au programme cette semaine: retour sur la folie Pokémon Go, cette application de réalité augmentée qui balaie la planète depuis une semaine, et le Canadien de Montréal cherche un nom pour sa nouvelle équipe à Laval.

Retrouvez l'intégralité de la chronique «Bêtes de pub», diffusée à l’émission Médium large de Radio-Canada.

comments powered by Disqus