La référence des professionnels
des communications et du design

Bouche à oreille, bouffe et milléniaux: quel profil?

Les milléniaux sont fervents des photos et de snaps de ce qu'ils mangent. Pour ces jeunes, le bouche à oreille semble un mode de consommation à part entière, mais jusqu'à quel point? Julie Trudeau, conseillère principale, expertise en stratégie de création numérique, de Substance stratégies, partage ses observations.

Quand le bouche à oreille génère des revenus importants
Selon l’étude Return on Word of Mouth (2014), le bouche à oreille est responsable d’environ 13% des ventes aux consommateurs internationalement, soit six trillions de dollars, selon le Département du commerce américain. De ce 13%, environ un tiers sont des échanges entre consommateurs qui mentionnent une ou plusieurs marques sur des blogues, sur les médias sociaux, en partages de photos et de vidéos, etc.

julie trudeau

substance stratégies

Les milléniaux et le partage de leurs expériences
Évidemment, certaines industries semblent bénéficier d’une fréquence plus élevée de bouche à oreille, notamment l’industrie du voyage (38%), celle de la technologie et des télécommunications (34% et 29%) versus une moyenne de 24% toutes industries confondues. Étonnement, les industries de l’alimentation (14%) et des boissons (15%) semblent le moins susciter de bouche à oreille. Par contre, les milléniaux brouillent les cartes. Ces derniers parlent effectivement beaucoup plus de nourriture que les autres publics.

ces fameux milléniaux, desquels les marketeurs Œuvrant dans l’industrie alimentaire d’aujourd’hui sont généralement très fervents et, pour cause, connus pour leur fibre entrepreneuriale importante.

D’ailleurs, ces fameux milléniaux, desquels les marketeurs œuvrant dans l’industrie alimentaire d’aujourd’hui sont généralement très fervents et, pour cause, connus pour leur fibre entrepreneuriale importante. En effet, cela se reflète dans leurs conversations sociales des dernières années, puisque deux tendances se démarquent fortement: les microbrasseries et les foodtrucks. Ils mentionneraient même des marques de l’industrie alimentaire jusqu’à une fois par jour! La grande majorité de ces mentions (83%) sont des histoires personnelles avec des marques, des expériences.

La restauration rapide… et santé, svp!
De plus en plus, les choix santé se retrouvent dans les priorités des milléniaux. En effet, des mots-clés tels que «frais» et «naturel» sont très fréquemment utilisés et recherchés. Cela se matérialise surtout dans les mots-clics utilisés sur les médias sociaux, principalement sur Instagram: #organic, #gmo, #vegan, #raw, #fresh, #health, #online, #living, #wheatgrass, #glutenfriendly.

Le bouche à oreille chez les milléniaux: faites-en bon usage
Finalement, l’industrie alimentaire a une vélocité certaine chez les milléniaux. En effet, il est nécessaire pour toute marque de susciter la conversation en assurant une expérience mémorable et en incitant naturellement le partage. Les détails comptent, il faut que votre signature soit claire et qu’elle amplifie leur expérience. Encouragez-les en les repartageant. Créez des contenus auxquels ils aspireront. C’est ainsi qu’ils vous redonneront la monnaie de votre pièce!

---

Pour en apprendre davantage sur les milléniaux, leur amour de la bouffe et les stratégies qui ont fait leurs preuves avec cette cible convoitée, inscrivez-vous au Séminaire médias sociaux: Bâtir une stratégie de médias sociaux, de relations publiques 2.0 et de gestion de crise (deux jours), qui se déroulera les 20 et 21 juillet prochains. J’y serai accompagnée des experts en la matière, Jean-Sébastien Giroux et Coralie-Jade Fournier.

comments powered by Disqus