La référence des professionnels
des communications et du design

Vente programmatique chez LinkedIn: «Une question d’efficience»

LinkedIn, acquise au début de juin par Microsoft, ouvrira son inventaire publicitaire aux plateformes programmatiques. Entretien avec Jean-François Renaud, associé et cofondateur d'Adviso, sur ce qui pourrait avoir motivé cette décision.

jean-françois renaud

adviso

La nouvelle concerne en fait les bannières publicitaires «classiques», désormais offertes à la fois sur le marché ouvert et le privé. LinkedIn proposait jusqu'à présent ses produits publicitaires uniquement sur sa plateforme privée.

Selon Jean-François Renaud, cette automatisation était presque obligatoire; en effet, selon eMarketer, 60% de tous les achats publicitaires au pays devraient passer par les plateformes programmatiques d'ici la fin de l'année. Ce chiffre grimpe à 65% aux États-Unis et à 70% en Angleterre.

La programmatique offre à la fois des achats potentiellement moins coûteux, et de coupler des données pour un meilleur ciblage. Mais surtout, précise l'expert, le programmatique s'occupe de gérer des inventaires nécessaires..., mais bloqués. Et qui intéressent de moins en moins les annonceurs. «Il y a une tendance réelle à se tourner vers de nouveaux formats et à sortir des bannières traditionnelles. En volume, il est important d’automatiser, mais le petit pourcentage de publicités qui ne le sont pas représente un pan important.»

Le fait est que LinkedIn n'aurait touché que 10% de ses profits par la vente de bannières. Cette ouverture au marché programmatique permet ainsi à la plateforme de reléguer les ventes des simples bannières à un système automatisé pour rediriger les efforts humains sur des produits possédant une plus grande valeur ajoutée comme les inmails et le contenu commandité. 

«De plus en plus, on automatise ce qui est en train de mourir avec le blocage publicitaire, pour concentrer les humains et les efforts sur des initiatives qui auront une plus grande valeur demain, explique-t-il. Dans le cas de LinkedIn, il serait possible de croire que cette annonce est un mouvement vers l’ouverture à tous les marchés programmatiques, mais c’est plus probablement une manière de rediriger leurs efforts pour gagner en efficience.»

Ainsi, la plateforme, qui offre une variété de produits intéressants pour les annonceurs, surtout en marketing interentreprise, d'après Jean-François Renaud, se concentrera certainement sur le développement de son offre publicitaire native et sur les produits qui échappent aux logiciels de blocage.

comments powered by Disqus