La référence des professionnels
des communications et du design

Disparaître du web pour mieux ressusciter: le cas Radiohead

À la chronique Bêtes de pub cette semaine, Arnaud Granata d'Infopresse et Stéphane Mailhiot de Havas Worldwide Canada reviennent, entre autres, sur la récente disparition du groupe Radiohead de la toile.

Le groupe Radiohead a récemment adopté une approche intrigante en envoyant une carte postale à ses amateurs avec la phrase «Burn the witch» (Brûlez la sorcière), laissant présager une annonce. La surprise s'est matérialisée le 1er mai, lorsque la formation a disparu du web et des réseaux sociaux, enflammant du coup les médias traditionnels et sociaux. Le tout pour mieux revenir trois jours plus tard avec un nouvel opus. 

stéphane mailhiot

havas

Ce long effeuillage médiatique n'est pas le premier de ce groupe qui a habitué le public à des messages codés. Mais il ajoute un nouvel exemple de lancement-surprise de musiciens. Ces derniers mois, en effet, la tendance est de lancer - pour les artistes populaires du moins - des albums de manière inattendue plutôt que de faire mousser l'intérêt à l'avance et de réaliser un décompte.

L'intérêt pour ce type de tactique vient d'abord du fait que de nombreux lancements ont été ternis par la diffusion non autorisée des pièces avant leur dévoilement officiel, ce que les lancements-surprises empêchent. De plus, l'effet médiatique est intéressant, surtout dans un monde où les artistes sont, comme les marques, confrontés à une attention limitée. Ainsi, ils doivent changer leur stratégie et aller là où l'on ne les attend pas. Cette méthode est cependant critiquée, car plusieurs soulignent que l'intérêt pour la musique est dilué par l'attention portée à la stratégie.

arnaud granata

infopresse

Aussi au programme cette semaine: les producteurs de boeuf canadien tentent d'émouvoir à grands coups de cowboys et de country, une étude révèle un grand écart entre l'image des mères dans les publicités et la réalité qu'elles vivent, et une association anglaise propose de remplacer les publicités du métro de Londres par des photos de chats pour dénoncer la tyrannie de la publicité.  

Retrouvez l'intégralité de la chronique «Bêtes de pub», diffusée à l’émission Médium large de Radio-Canada.

comments powered by Disqus