La référence des professionnels
des communications et du design

Quand les objets du quotidien s'animent

Le concepteur-rédacteur et réalisateur autodidacte Guillaume Blanchet présente son plus récent court-métrage, L'heure du thé.

Récemment présenté dans divers festivals, le film représente pour Guillaume Blanchet le résultat de «mois d'entêtement».

Ce projet, qui met en vedette deux pochettes de thé, est le quatrième réalisé à l'aide d'objets du quotidien par Guillaume Blanchet, qui les apprécie pour leur simplicité. Il a ainsi réalisé Laïka (des allumettes), Slowmotion (de la neige) et A Girl Named Elastika (des punaises et des élastiques).

L'animation représentait également un défi intéressant pour le créateur. «De mes années en publicité, j'ai appris qu’il fallait "embrasser les contraintes". L’avantage du stop motion, c’est qu’il permet de maîtriser les coûts de réalisation, notamment en se passant d’acteurs à diriger.»

Guillaume Blanchet souligne que son film vise à véhiculer l’idée qu'il est important d'affronter ses peurs. «Et partir au besoin. Je suis expatrié depuis 13 ans et, parfois, la nostalgie et l’absence de mes proches me rattrapent. Alors, quand je vois le drame des migrants en Europe… De façon surprenante, ce film fait autant référence à eux qu’à un départ à la retraite ou à un proche qui disparaît trop tôt.»

comments powered by Disqus