La référence des professionnels
des communications et du design

Le pouvoir des émoticônes

Caitlin Bergmann, directrice, contenu et création, de MediaCom à New York sera à Montréal le 27 avril prochain pour la conférence Générations Y et Z. À cette occasion, elle revient sur la manière dont les émoticônes peuvent susciter l’émotion chez les jeunes consommateurs. 

«LA FRONTIÈRE QU'ON TENTE DE FRANCHIR ICI POUR ENTRER DANS LA DISCUSSION DES GÉNÉRATIONS Y ET Z, C’EST CELLE DE L’AUTHENTICITÉ.»

À l’heure où les nouvelles générations cherchent à limiter les échanges traditionnels avec les marques sur leurs plateformes de partage et de consommation de contenu, les annonceurs ont massivement suivi la tendance des émoticônes. L’objectif est clair: imager leur communication permet de créer de l’émotion, de la proximité et, pour les marques qui conçoivent leur propre «alphabet» - à l'image d'Ikea - de s’immiscer dans les conversations des plus jeunes.

caitlin bergmann

mediacom, New york

Selon Caitlin Bergmann, le phénomène n’est pas nouveau. «En prenant un peu de recul, on s’aperçoit que c’est en 2007 que les émoticônes ont réellement frappé la sphère numérique. Puis, en 2011-2013, iOS et Android ont intégré ces petits dessins à leur clavier. Lorsque cette occasion s’est présentée, les marketeurs ont commencé à les tester tout en analysant la réaction des publics cibles. De nombreux émoticônes sont alors apparus dans les objets de courriel, car c’est un réel défi d’obtenir des clics et de l’engagement dans des messageries inondées de promotions. En cassant légèrement la monotonie de ce genre d’annonces, le mariage entre émoticône et marketing a alors fonctionné.»

À la question de savoir comment les acteurs de l'industrie peuvent utiliser efficacement cet outil, Caitlin Bergmann répond que «ce genre de stratégie peut s’avérer délicate. La frontière qu’on tente de franchir ici pour entrer dans la discussion des générations Y et Z, c’est celle de l’authenticité. Dans ce contexte, je pense qu’il est simplement important de compter un membre de ces générations au sein de son équipe. C’est une bonne mise à niveau pour savoir si l’on parvient véritablement à établir une connexion, ou si, au contraire, on est dans l’exagération. En fait, les marques qui ont un alignement naturel avec leur public parviennent toujours à être pertinentes avec les émojis. C’est le cas de MTV, par exemple, qui les emploie de manière constante.»

Le 24 février dernier, Facebook s'est engagé davantage dans l'univers des émoticônes en proposant à ses utilisateurs de réagir aux publications d'amis ou de pages selon six émotions. Caitlin Bergmann estime que pour l'instant, le média social plus que les marques profite de cette fonctionnalité. «À première vue, cela ressemble simplement aux réactions que nous pouvons tous avoir en lisant un contenu donné. En réalité, cet outil donne à Facebook l'accès à des données massives sur nos façons de réagir aux publications. Je pense que c'est un premier pas dans ce sens et qu'il y en aura d'autres.»

Caitlin Bergmann approfondira ces enjeux lors de sa présentation Susciter l'émotion par les émoticônes dans le cadre de la conférence Générations Y et Z, le 27 avril prochain à l'hôtel Hyatt Regency Montréal.

La YouTubeuse Cynthia Dulude, Ubisoft, Couche-Tard, Academos et Ispos seront également présents. Consultez le programme complet de l'événement en suivant ce lien

La conférence Générations Y et Z est réalisée en partenariat avec Campus Infopresse

comments powered by Disqus