La référence des professionnels
des communications et du design

Portrait d'entrepreneurs: l'équipe de Canidé

Les trois fondateurs de Canidé ont troqué, en novembre 2015, les gros annonceurs pour les PME. S'ils ne manquaient pas de défis ni de responsabilités, leur rêve était pourtant de tenir les rênes de leur propre entreprise. 

Canidé est le fruit de la volonté de trois jeunes Montréalais d’unir leurs forces pour laisser tomber les grandes agences afin de lancer leur propre agence de communication. Les fondateurs, Anne-Marie Caron (ex-Tact, Morin), Rachel Desbiens-Després (ex-Moment Factory, Taxi, Nurun) et Charles Durivage (ex-Lg2, Morin), présentent des profils divers, Anne-Marie Caron et Charles Durivage étant spécialisés en relations publiques, alors que Rachel Desbiens-Després l'était en stratégie. Chez Canidé, l’activité se concentre sur les besoins spécifiques des entrepreneurs et des petites entreprises.

«Nous sommes conscients que les agences de communication, peu importe leur nature, font trop souvent face au problème du "cordonnier mal chaussé".»

Chaque membre du trio, entrepreneur dans l’âme, savait que ce n’était qu’une question de temps avant de dire au revoir au monde de l’emploi traditionnel. L’idée de fonder Canidé leur est venue en juillet 2015. Rachel Desbiens-Després, Anne-Marie Caron et Charles Durivage ont constaté qu’ils en étaient tous à un moment charnière de leur parcours: voulaient-ils poursuivre en entreprise et se satisfaire de leur condition de salariés, ou bien unir leurs forces pour créer leur propre agence? Leur esprit entrepreneurial et l’impression que c’était le choix à faire pour évoluer professionnellement les a poussés vers la seconde option.

Pour une vision d’entreprise
«L’entrepreneuriat est très motivant. Nous nous entendons pour dire que la perspective de travailler pour des clients qui nous sont propres, à des mandats qui répondent à nos aspirations et en lesquels nous croyons réellement figurent parmi les principales motivations», explique Charles Durivage. Mais au-delà du choix des clients, l’entreprise qu'il a cofondée leur offre l'occasion de développer une approche propre à eux. 

Allô prof, ça va de soi, Float4, Farnham Ale & Lager (en collaboration avec Lg2) et la Fédération du canot et du kayak du Québec sont certains de leurs clients. Pourquoi les PME? Dès les premières discussions, l’équipe a voulu déterminer son marché cible. D’expérience, ils avaient tous remarqué que les ressources, le temps et le budget manquaient souvent aux entrepreneurs et aux entreprises en démarrage pour développer à bien leurs communications. 

L’aventure entrepreneuriale
Lancer une entreprise représente certes un bel exploit, mais cela s’accompagne également de son lot de surprises. L’équipe précise que ses débuts, comme ceux de la plupart des nouvelles entreprises, sont marqués par des horaires atypiques, beaucoup de travail à la maison, des rencontres d’associés officielles ou moins officielles. «Il faut penser à tellement plus de choses que lorsqu’on est employé en agence. En plus des mandats, le quotidien est fait de gestion, d’administration, de développement et d’une foule d’imprévus propres au démarrage!» 

Canidé vient tout juste de déménager dans les bureaux de l'agence Kbs, à Montréal. Elle pourra ainsi collaborer avec l'agence en plus de réaliser ses propres mandats. Cette possibilité, qui cadre tout à fait dans l'esprit des nombreuses initiatives de coworking actuelles, constitue un revirement que l'équipe accueille avec enthousiasme. Un tel changement de situation ne signifie toutefois pas un retour en agence, car Canidé restera une boîte indépendante. 

«LES POSTES D’EMPLOYÉS EN AGENCE QUE NOUS OCCUPIONS ONT ÉNORMÉMENT FAVORISÉ L’AUTONOMIE ET LA PRISE DE DÉCISION, DES COMPÉTENCES QUE NOUS DEVONS DORÉNAVANT UTILISER QUOTIDIENNEMENT »

«Dire que tout ce qui nous est arrivé depuis à peine six mois était méticuleusement planifié ne serait pas la vérité, confie Charles Durivage. Mais c’est le résultat de notre planification à long terme… Nous sommes conscients que les agences de communication, peu importe leur nature, font trop souvent face au problème du "cordonnier mal chaussé". En oeuvrant en communication, le premier client devrait être soi-même. C’est pour cette raison que dès sa création, l'on a doté Canidé de son propre "plan de marketing". C'est beaucoup d’heures non facturables, soit, mais qui finissent par rapporter! Et c’est en partie grâce à ce plan que les occasions se présentent. Disons que certains développements sont des surprises, mais ça se prend bien!»

Un bagage nécessaire
Avec les passés publicitaires de Rachel Desbiens-Després, de relations publiques d’Anne-Marie Caron et une expérience plus mixte pour Charles Durivage, l’équipe a acquis des compétences complémentaires. Mais le trio souligne que c’est avant tout le travail en agence qui les a formés. «Les postes d’employés en agence que nous occupions ont énormément favorisé l’autonomie et la prise de décision, des compétences que nous devons dorénavant utiliser quotidiennement», indique Charles Durivage.

Quelle serait la leçon la plus importante que chacun a tirée de ses années en entreprises?

Charles Durivage: Que l’authenticité (réelle!) est la meilleure relation qu’une entreprise puisse avoir avec ses publics. Elle garantit que vous toucherez les personnes que vous souhaitez réellement atteindre. En retour, elles seront assurées d'avoir affaire à la bonne entreprise.

Anne-Marie Caron: Que malgré l’incompréhension qu’ont parfois les gens par rapport aux relations publiques, il ne faut jamais les négliger. Même si elles ne semblent pas «payantes» à court terme, elles soutiennent la pérennité des organisations et tous leurs autres efforts de communication de manière extrêmement rentable!

Rachel Desbiens-Després: Le travail en agence m'a permis de m'imbiber du savoir-faire de gens chevronnés et reconnus. J'ai eu la chance d'avoir des mentors fantastiques qui m’ont donné la piqûre de la stratégie. Grâce aux mandats auxquels j’ai travaillé en entreprise et à ma propre curiosité, j’ai peaufiné mon approche et, après les agences, en travaillant chez Moment Factory (et aussi à mon compte), j’ai pu réellement mettre à l’épreuve mon expertise. 

Crédit photo: Jimmi Francoeur. En couverture, de gauche à droite: Anne-Marie Caron, Rachel Desbiens-Després et Charles Durivage

comments powered by Disqus