La référence des professionnels
des communications et du design

Les services bancaires numériques, populaires au Québec

Un adulte québécois sur deux (51,7 %) se tourne d’abord vers internet pour de l’information à propos des produits et des services financiers, selon une récente enquête NETendances du Cefrio.

La proportion de gens de 18-34 ans dont le premier réflexe est de consulter internet pour s’informer sur les produits et services financiers est significativement plus élevée: 72,2%.

Les outils d’aide à la décision en ligne servent aussi à une proportion importante des adultes du Québec. En effet, 49,2% utilisent de tels outils sur internet pour les produits et les services financiers, afin de les comparer avant de se les procurer. Chez les Québécois de 18-34 ans, ce taux grimpe à 66,3%, une proportion significativement plus élevée que la moyenne.

Même lorsqu’il est question d’acquisition de produits financiers simples, comme les cartes de crédit, un adulte sur trois (32,3%) se tourne vers internet. De nouveau, cette proportion est plus importante 18-34 ans, où elle s’élève à 43,9%.

37,4% des adultes aimeraient ne plus devoir se déplacer en succursale pour leurs opérations bancaires. Chez les 25-44 ans, cette proportion atteint 48,2%.

37,4 % des adultes aimeraient ne plus devoir se déplacer en succursale pour leurs opérations bancaires. Chez les 25-44 ans, cette proportion atteint 48,2%.

En 2015, 65,2% des adultes ont reçu au moins une facture ou un relevé sur internet, ce qui correspond à une progression de 5,2 points de pourcentage comparativement à 2014. 54,2% des adultes québécois ont visité le site internet informationnel de leur institution financière, une proportion significativement plus élevée qu’en 2014, où elle s’élevait 44,2%.

Le rapport révèle également que 22,3% des adultes québécois sont ouverts à l’idée de traiter avec une institution financière qui n’a pas de réseau de succursales pour des opérations bancaires courantes et 13,2% pour contracter une hypothèque.

Les résultats complets de l'enquête peuvent être consultés ici.

comments powered by Disqus