La référence des professionnels
des communications et du design

Partenariat d’A&W et de French’s: l'alimentation locale au goût du jour

Les chaînes de restauration rapide se soucient de plus en plus des ingrédients qui composent leur menu, conséquence d’un changement de mentalité et de certains aspects pratiques. Focus sur A&W, qui vient d'annoncer qu’elle servira désormais ketchup et moutarde de provenance canadienne. 

A&W sera la première chaîne de restauration nationale à servir le ketchup aux tomates et la moutarde Classic Yellow French's dans tous ses établissements du pays. 

susan senecal

a&W

Ce changement s’inscrit dans la mouvance amorcée en 2013 et qui vise à améliorer l’offre des produits d'A&W par les ingrédients qui les composent. Le premier ingrédient ayant subi un changement est le bœuf, à la base du menu principal, le hamburger. «Après les changements apportés en 2013, l’engouement a été tel que nous avons déployé plus d’efforts pour rechercher des aliments qui correspondent à ces critères», indique Susan Senecal, présidente et chef de l’exploitation d’A&W.

Elle spécifie que ces décisions ne s’inscrivent pas dans une volonté de renforcer le positionnement canadien de l’entreprise, mais d'améliorer l'offre. «C’est plutôt une décision naturelle. Nous commençons toujours par chercher à miser sur le le Canada comme source d’approvisionnement parce que c’est plus proche. Nos aliments sont à la base de ce que nous faisons, donc plus nous en sommes proches, plus le changement peut être apporté facilement.»

Les ingrédients locaux sont aimés des consommateurs 
Si les ingrédients sont triés sur le volet pour le goût qu’ils procurent, le fait qu’ils soient «locaux» plaît également aux consommateurs, particulièrement aux jeunes générations. Susan Senecal explique que «depuis plusieurs années, nous constatons un intérêt pour les aliments eux-mêmes, comment ils sont produits, ce qu’ils contiennent, de quelle façon ils sont récoltés, surtout chez les jeunes. Et ça s’applique à l’épicerie autant qu'au restaurant.»

«DEPUIS PLUSIEURS ANNÉES, NOUS CONSTATONS UN INTÉRÊT POUR LES ALIMENTS Eux-mêmes, COMMENT ILS SONT PRODUITS, CE QU’ILS CONTIENNENT, DE QUELLE MANIÈRE ILS SONT RÉCOLTÉS, SURTOUT CHEZ LES JEUNES. »

Pour le restaurateur, offrir des aliments cultivés au pays répond donc à une demande des consommateurs, mais revêt aussi un aspect pratique. Car comme l’indique Susan Senecal, en se rapprochant des producteurs, il leur est possible de leur poser des questions et ainsi de répondre à celles de leurs clients.

Le pouvoir des chaînes
Changer des ingrédients au menu implique son lot d’efforts pour l’entreprise, mais plus encore pour les producteurs, qui doivent adapter leurs pratiques. Cependant, ces changements, lorsqu'ils sont adoptés, peuvent être reproduits et choisis par un plus grand nombre. «Ce n’est pas nécessairement facile pour un producteur de changer des manières d'agir, mais avec notre pouvoir d’achat, nous pouvons former des partenariats qui profitent à tous», spécifie Susan Senecal. Cette nouvelle fait d’ailleurs suite à une autre volonté annoncée au début de mars par la chaîne de ne servir que des œufs de poule en liberté d’ici deux ans. A&W versera, à cette fin, une bourse de 100 000 $ à Soin de ferme et alimentation Canada pour développer de nouveaux poulaillers.

Rappelons que d'autres grands joueurs de l'alimentation rapide tels que McDonald's, Burger King et Tim Hortons se disent également intéressés à ne servir que des oeufs de poules en liberté d'ici 2015, un objectif que Starbucks prévoit atteindre d'ici 2020.

Une décision murie
Le partenariat annoncé cette semaine avec French's était en cours de discussion depuis six mois. Rien à voir donc avec la récente couverture média dont a bénéficié French's à la suite de la reprise de la production des tomates à Leamington, en Ontario, là où Heinz l’avait abandonnée (et avait occasionné la perte de 740 emplois dans la région). C'est plutôt le signe d'une mouvance générale d'après Susan Senecal: «La réponse médiatique, selon moi, était normale, car elle prouve l'intérêt bien réel des consommateurs canadiens auquel nous avons voulu répondre.»

A&W s’était montré intéressée par le fait que French's voulait utiliser des tomates et des graines de moutarde canadiennes, et que son mode de production prévoyait respecter les normes de la chaîne. Mais avant de pouvoir annoncer au grand public un tel changement, il fallait des certitudes. «Ce n’est pas simple pour une entreprise comme la nôtre de réaliser un tel changement. C’est un processus qui prend un certain temps, pour s’assurer que ça réponde à des critères de goût et de qualité. Du côté de French's, il fallait également veiller à ce qu'ils puissent répondre aux besoins d'approvisionnement.»

A&W compte communiquer principalement cette initiative au lieu de vente, par les produits et en affichage.

Les deux nouveaux condiments seront offerts dans tous les restaurants A&W du Canada dès avril.

comments powered by Disqus