La référence des professionnels
des communications et du design

Mcouture: Minitrade a désormais sa version haut de gamme

L'équipe derrière la plateforme numérique Minitrade, composée d'Isabelle Doucet, Malik Yacoubi et Martin Aubut, réitère en proposant depuis peu une nouvelle plateforme destinée cette fois à la mode haut de gamme, Mcouture. Discussion sur la vocation et les particularités de l'entreprise.

les cofondateurs Malik yacoubi, isabelle doucet et martin aubut

Forts du succès de Minitrade (gagnante du prix «Modèle d’affaires émergent» au concours Boomerang en 2013 et seule entreprise québécoise avec trois nominations au concours Innovation en cybercommerce de Postes Canada depuis 2013), les entrepreneurs ont réutilisé le modèle instauré pour lancer un deuxième site. Mcouture propose des articles usagés placés en consigne. «Nous permettons aux utilisateurs de gérer leurs articles en consigne eux-mêmes en leur donnant la possibilité de modifier les prix de vente à leur guise. Nous suggérons un prix "du marché", mais s'ils veulent l'augmenter ou le réduire, ils le peuvent. De nouvelles fonctionnalités permettent aussi de belles possibilités sur les réseaux sociaux», explique Isabelle Doucet, cofondatrice.

Un modèle qui plaît
Lancé en 2012, le site Minitrade a vite gagné en adeptes et a obligé les entrepreneurs à déménager dans un entrepôt/bureau de 10 000 pieds carrés, avec une dizaine d'employés. Le but de Mcouture, tout comme celui de Minitrade, est de promouvoir la mode dans une perspective durable et d’économie de partage. Et si le modèle peut paraître ambitieux, il semble profiter d’une bonne conjoncture dans l’imaginaire des consommateurs.

«Qu'on entende de plus en plus parler d'économie de partage dans les médias sensibilise beaucoup les gens à cette nouvelle approche, estime Isabelle Doucet. Qu'on soit sensible à l'environnement, à l'économie ou pour la simplicité de la vente en ligne, les services de Mcouture et de Minitrade peuvent répondre aux besoins et aux valeurs des adeptes de mode.» C’est d’ailleurs ce qui a incité l’entreprise à lancer un second site puisque Minitrade, qui offrait d’abord des vêtements pour enfants, s’est ensuite ouverte à la mode féminine, puis au haut de gamme. Le moment était donc venu de dissocier les marques afin de les garder bien définies, l’une comme une plateforme d’échange d’articles de marques populaires, bon marché et en quantité, l’autre comme une plateforme de commerce s'adressant aux consommatrices de mode.

«Qu'on entende de plus en plus parler d'économie de partage dans les médias aide beaucoup à sensibiliser les gens à cette nouvelle approche.»
- isabelle doucet

L’avantage numérique
Pour le lancement du site mcouture.com, l’équipe a recouru à la même plateforme que pour le premier site, ce qui a impliqué une dose considérable de défis technologiques, mais qui a facilité ensuite, selon Isabelle Doucet, la gestion des opérations.

À ses yeux, la preuve a été faite qu’il est possible d’être prospère en étant uniquement en ligne, moyennant un service à la clientèle impeccable et une description des produits minutieuse. Mais il faut également rester à l'affût, car les habitudes des gens changent au fil du temps et l'on doit vite s'adapter aux nouveaux besoins des consommateurs. Interrogée sur la possibilité de l’ouverture d’un magasin physique, Isabelle Doucet a indiqué, sans se commettre qu'une «visibilité physique aide certainement à se faire connaître et apporte un sentiment de confiance. Nous explorons diverses possibilités d'expansion pour 2016.»

Un modèle d’approvisionnement particulier
Comme le modèle d’affaires repose entièrement sur la participation des personnes avec des articles à vendre, l’équipe a dû mettre les bouchées doubles afin de relever des défis comme l’expertise spécialisée pour assurer l'authenticité des produits. Elle a également dû optimiser le processus opérationnel à tous les niveaux (approvisionnement des stocks, qualité de photos, formations spécialisées pour les inspections, mise en marché et qualité du service à la clientèle) pour refléter le nouveau positionnement haut de gamme de Mcouture.

Par cette mise en valeur, Mcouture cherchera à s’implanter comme une référence de l’offre dans l'usagé. «L'économie de partage et les entreprises à vocation durable sont signe d'innovation, de renouveau. En 2016, et, surtout dans l'industrie du détail, il est très difficile de percer et de se démarquer. La surconsommation des années passées tend à disparaître pour laisser la place à la simplicité et au minimalisme.»

L’équipe, qui effectue tout le marketing à l’interne, offrira bientôt un service de stylisme personnalisé pour simplifier la façon de gérer les articles de mode au fil des saisons, puis inciter les gens à investir dans de la qualité dans l'usagé.

À noter que le projet bénéficie d'un partenariat avec les animatrices Mitsou et Isabelle Racicot, et du soutien d'un groupe d'investisseurs qui compte Mike Cegelski, Ange Québec, Martin Luc Archambeault et Daniel Robichaud.

En plus d'être cofondateurs de Mcouture, Malik Yacoubi est vice-président, technologies, de Cossette et Martin Aubut est le directeur, affaires électroniques et marketing interactif, de L'Oréal.

comments powered by Disqus