La référence des professionnels
des communications et du design

Les Québécois cyniques envers les PDG d'entreprises

73% des Québécois estiment que les PDG se concentrent trop sur les résultats à court terme, selon les données québécoises du plus récent Baromètre de la confiance Edelman.

Dévoilé lors du RDV Marketing d’Infopresse, le Baromètre de confiance révèle un nouveau modèle inversé d’influence. Alors que les Québécois font moins confiance aux élites (PDG, conseils d’administration et gouvernements), ils s’influencent de plus en plus les uns les autres. 

Seulement 28% des Canadiens estiment que les PDG peuvent comprendre un consommateur ordinaire. 

Cynisme à l'égard des PDG
Si la confiance envers les PDG a augmenté de quatre points de pourcentage (de 36% à 40%) de 2015 à 2016, le cynisme à leur égard ne dérougit pas. Près de trois personnes sur quatre (73%) croient que les PDG se concentrent trop sur les résultats à court terme. Plus de la moitié des Québécois (56%) jugent que les PDG ne mettent pas assez d’efforts sur la création d’emploi. Enfin, seulement 28% des Canadiens estiment qu’ils peuvent comprendre un consommateur ordinaire. 

En matière de comportement éthique, 27 points séparent les attentes des consommateurs du rendement des entreprises.

Qui plus est, les entreprises et leur PDG n’arrivent toujours pas à satisfaire les attentes des consommateurs québécois, comme le démontrent les écarts entre les attentes et le rendement. En matière de comportement éthique, 27 points de pourcentage séparent les attentes du rendement. Cet écart est de 25 points pour la transparence et l’ouverture, et pour le niveau du traitement des employés et des clients.

Les employés, de bons porte-paroles
Pour améliorer la confiance des consommateurs envers leur organisation, les PDG peuvent toutefois se fier à leurs employés en tant que porte-paroles. En effet, 49% des Québécois les trouvent dignes de confiance. Mais ils seront de meilleurs porte-paroles s’ils travaillent pour une entreprise engagée socialement: si 47% des employés québécois d’entreprises «courantes» affirment vouloir demeurer à son emploi, ce taux grimpe à 84% chez les entreprises engagées socialement.

49% des Québécois JUGENT les employés dignes de confiance.

Histoire et engagement
Également, les PDG ont intérêt à transmettre les renseignements qui aident à construire la confiance à leur égard: valeurs personnelles (77%), obstacles franchis (67%) et histoire de leur réussite (65%).

Enfin, le Baromètre révèle les raisons pour lesquelles la confiance des consommateurs augmente ou diminue envers une entreprise. 54% des Québécois auront plus confiance en une entreprise qui participe à la croissance économique, alors que 60% de la population verra sa confiance diminuer si ladite société ne participe pas à l’intérêt public.  

Outre les entreprises, le Baromètre de confiance Edelman porte aussi sur la confiance des citoyens envers le gouvernement, les médias et les organismes sans but lucratif. 

comments powered by Disqus