La référence des professionnels
des communications et du design

Plus les organisations innovent, plus elles sont performantes

C'est le constat tiré des données recueillies par l'outil d'Autodiagnostic de l’innovation par le numérique du Cefrio. En effet, il existerait un lien direct et important entre l’innovation, performance et utilisation des TIC. 

Le Cefrio présente les premiers résultats annuels de son outil de mesure de la capacité à mettre en place les conditions favorisant l’innovation dans les entreprises et organisations québécoises.

Afin de mieux comprendre la portée du numérique et des changements organisationnels en tant que levier de l’innovation, le Cefrio a conçu un modèle couvrant huit composantes: intensité d’innovation, culture de collaboration, culture d’expérimentation, gestion du changement, attitudes et comportements des dirigeants face au changement, sensibilité à la clientèle, utilisation des TIC et habileté à innover.

L’analyse des résultats compilés permet de dégager cinq grands constats:

1. Plus une organisation innove de façon intensive, plus elle est performante (à l’interne et à l’externe). Elle est également plus satisfaite de sa performance. 

2. Plus une organisation fait une utilisation intensive des TIC à l’interne et à l’externe, plus elle est innovante.

3. Le sentiment de confiance en ses capacités et la confiance du dirigeant envers l’innovation constituent des facteurs qui favorisent l’innovation de l’entreprise.

4. Plus l’équipe de direction est favorable aux changements dans l’organisation, plus celle-ci est innovante.

5. Certaines pratiques organisationnelles ont également un effet à considérer sur l’innovation. Il s’agit du soutien des employés au changement, de celui aux idées nouvelles chez les employés, de la culture d’expérimentation émanant de la haute direction, de même que de la culture collaborative du côté des employés.

«Bien qu’il semble y avoir eu amélioration depuis 2012 quand à l’intensité d’utilisation de certaines technologies, comme les applications mobiles, les sites web, la messagerie instantanée et l’infonuagique pour du stockage de données à l’interne, les entreprises du Québec continuent de faire un emploi très peu intensif de technologies pourtant importantes, souligne Claire Bourget, directrice principale, recherche marketing, du Cefrio. Qu’on pense aux outils de collaboration ou à ceux de type web analytique ou encore à ceux permettant l’exploration de données, tous sont encore trop peu utilisés, alors qu’ils peuvent avoir des effets importants sur la performance d’une entreprise.»  

L'étude complète se trouve ici.

comments powered by Disqus