La référence des professionnels
des communications et du design

Trois questions au directeur du marketing de Spotify au Canada

Le RDV Marketing approche à grands pas. À cette occasion, Infopresse présente des entrevues avec les conférenciers. Aujourd’hui, discussion avec Jamie Herbert de Spotify, à Toronto.

Jamie Herbert, directeur marketing de Spotify à Toronto, dirige les activités du marketing de la marque au Canada. Depuis septembre 2014, le service de musique numérique offrant accès à plus de 30 millions de titres est maintenant offert au pays.

L’audace et la pertinence, toutes deux cruciales au succès du diffuseur de streaming musical au moment de son entrée sur le marché d’ici, seront au centre de l’attention lors du RDV Marketing. Afin de comprendre dans quelles mesures ces éléments sont essentiels à l’élaboration d’une stratégie d’internationalisation efficace, nous demandons à Jamie Herbert de répondre à nos questions.

Si l’on vous demandait de nommer une récente initiative à la fois audacieuse et au contenu pertinent, laquelle vous viendrait à l’esprit ?

Chez Spotify, cela serait sans hésitation la campagne Spotify Year In Music lancée en décembre 2015. 

C’est en fait un bilan musical personnalisé – artistes préférés par période de l'année, titres les plus joués, etc. – que chaque utilisateur peut partager dans son réseau. Sur la base des résultats de cette initiative, Spotify propose une nouvelle playlist à chacun de ses utilisateurs pour bien commencer 2016.

Alors que les podcasts ont le vent en poupe — on peut notamment penser à la série Serial — comment cette tendance peut-elle impacter le paysage du streaming audio ? Est-ce que Spotify héberge ce type de contenus ?

« OUI. LE BUT ? ÊTRE CONSTAMMENT AU CONTACT DES BESOINS DES CONSOMMATEURS EN LEUR OFFRANT LE CONTENU QU’ILS DÉSIRENT, À PORTÉE DE MAIN. »

Oui, Spotify commence à intégrer plus de podcasts au sein de son offre. Le but ? Être constamment au contact des besoins des consommateurs en leur offrant le contenu qu’ils désirent, à portée de main.

Vous allez parler de l’entrée de Spotify sur le marché canadien lors de votre conférence. Pourriez-vous nous donner des exemples récents d’internationalisation à succès ?

« OFFRIR UN SERVICE CONÇU POUR ET PAR DES CANADIENS CONSTITUE UNE PRIORITÉ MAJEURE. »

Lorsque l’on traite d’internationalisation de marque, deux exemples me viennent à l’esprit. D’abord Starbucks, qui a réussi à étendre de manière notable la marque au-delà de ses frontières et ensuite Target, qui n’a pas vraiment connu le même sort.

En ce qui concerne Spotify, offrir un service conçu pour et par des Canadiens constitue une priorité majeure et un succès tangible, puisque le Canada représente désormais le pays où la marque enregistre sa croissance la plus rapide.

Toujours avec ce désir d’adaptation, nous avons lancé en juin la campagne Music For Your World, basée sur la création de playlists hyperlocales qui représentant des quartiers distincts et emblématiques du Canada — à Toronto, Montréal, Calgary et Vancouver. Ces listes de lectures étaient développées sur la base des morceaux les plus écoutés en streaming à cette période dans lesdits quartiers. Par exemple, à Montréal, nous avons eu la playlist ultime pour marcher dans les rues du vieux Montréal, sur la base de la musique la plus écoutée par les personnes qui y vivent.

Jamie Herbert présentera une étude de cas sur l'internationalisation de Spotify au Canada, lors de sa participation au RDV Marketing, le 17 mars prochain. Consultez la programmation complète ici.

 

comments powered by Disqus