La référence des professionnels
des communications et du design

Pas de robot pour président en 2016

La fondation Watson 2016 a déployé beaucoup d’efforts en ce sens, mais le programme d’intelligence artificielle d'IBM, appelé Watson, ne sera finalement pas de la course à la présidence américaine, a annoncé le géant informatique cette semaine.

Sur le site dédié au sujet, on peut lire que la fondation croit fermement que « les capacités uniques de Watson à comprendre et analyser les informations pour prendre des décisions éclairées et transparentes en font un candidat idéal pour remplir les responsabilités d’un tel poste. »

D’après ses défenseurs, Watson pourrait analyser, en prenant en compte de nombreux paramètres, les meilleures options disponibles, en évaluant leur « impact sur l’économie, l’environnement, l’éducation, la santé, la diplomatie et les droits civiques ».

Le projet est en fait celui de l’artiste et designer Aaron Siegel, de la Californie, qui a lancé ce projet en réponse à sa frustration vis-à-vis de l’élection présidentielle américaine. Tel que le rapporte Le Monde, ce dernier aurait assuré croire que Watson représente une solution viable pour les électeurs américains : « Je me suis demandé quelle personne pouvait être le politicien le plus objectif, efficace et non partisan, et je me suis rendu compte que cette personne était un ordinateur. » 

Outre la question de l’admissibilité de la candidature de sa machine, IBM a tout simplement affirmé qu’elle était occupée à d’autres questions importantes.

Les principaux sujets d’intérêt de la campagne peuvent être consultés sur le site de Watson 2016.

comments powered by Disqus