La référence des professionnels
des communications et du design

Un père Noël qui dérange

En Russie, l'institution Credit Bank of Moscow dévoile un film publicitaire dans lequel le père Noël tente de donner une leçon à une mère monoparentale en utilisant des moyens assez brutaux.

Tout en russe et sans sous-titres, l'offensive A Christmas Story fait réagir la toile depuis son dévoilement.

Réalisée par l'agence russe 3Sba, la campagne commence en montrant les images d'une mère absorbée par le travail, ignorant du coup sa petite fille à la maison. Cette dernière écrit donc au père Noël, qui passe à l'action après l'avoir lue.

Résultat: celui kidnappe la mère, l'entraîne dans la nature, l'attache par la taille avec une corde, lui pointe un couteau, puis lui fait la morale sur son rôle parental... avant de se conclure sur la signature «Il est temps de penser aux choses qui comptent».

Réactions et explications

Selon Adweek, la publicité est décriée en Russie comme ailleurs depuis sa diffusion. Par exemple, un organisme russe qui aide les femmes souligne qu'il s'agit d'un message risquant d'inspirer quelqu'un, quelque part, à se procurer «une bonne corde et à donner une leçon sur le rôle de mère à sa femme». L'organisme indique qu'en Russie, une femme sur trois est victime de violence et qu'une Russe est tuée par un membre de sa famille toutes les 40 minutes. 

Pour défendre son approche, le réalisateur de la publicité, Charley Stadler, explique que l'offensive vise à dépeindre le «dur parcours vers l'amour et l'unité».

«Je crois que plusieurs d'entre nous ont besoin d'être traînés dans la boue afin de véritablement ouvrir les yeux. J'ai choisi l'image du père Noël tirant une mère avec une corde pour faire une métaphore avec ce besoin, mais aussi parce que la corde représente une ligne de sécurité qui les relie. De façon symbolique et figurative, la mère a traversé une crise intérieure; c'est une histoire personnelle de transformation.»

Annonceur: Credit Bank of Moscow
Agence: 3Sba (Russie)

comments powered by Disqus