La référence des professionnels
des communications et du design

Les «buzzwords» de 2016

On souhaite une longue vie à certains, mais d’autres mériteraient de disparaître en 2017. Infopresse a rassemblé les mots qui ont dominé 2016. 

1. Donald Trump

Donald Trump a surpris tout le monde le 8 novembre, alors qu’il a été élu président américain. L’homme d’affaires et étoile de la télé-réalité est, depuis qu’il a annoncé sa candidature, de toutes les discussions. Il a réussi à accaparer l’attention médiatique en investissant moins que ses adversaires en matière de publicité. En décembre, il a même été nommé «Personne de l’année 2016» par le célèbre magazine Time en tant que «président des États-Désunis». Et tout le monde semble avoir une opinion bien arrêtée sur lui, de Vladimir Poutine aux détenteurs de chaussures New Balance.

2. Authenticité

Si personne ne semble être en mesure de définir clairement ce qu’est l’authenticité, tout le monde la réclame. Et le concept s’applique partout: sur le plan individuel (être soi-même), comme en marketing (notamment par le marketing d’influenceurs). En 2016, la firme Cohn & Wolfe a même lancé son premier classement «Authentic 100», un index des marques classées selon la perception que les consommateurs envers leur authenticité. Cohn & Wolf a d’ailleurs demandé aux consommateurs ce qu’ils considéraient comme une marque authentique. Parmi les critères qui en ressortent, notons la haute qualité des produits ou services, les promesses tenues, la responsabilité sociale et la responsabilité environnementale. Grâce à ces critères, Cohn & Wolfe a établi trois facteurs d’authenticité: fiabilité, respect et vérité.

le top 10 de l'«authentic 100» de cohn & wolfe

Par contre, à noter que l’auteur américain Adam Grant, qui contribue notamment au quotidien New York Times, ne conseille pas l’authenticité à tous. Selon lui, à moins d'être Oprah Winfrey, personne ne souhaite réellement savoir ce qui se cache en chacun de vous.

3. Expérience

En 2016, le consommateur a voulu vivre des expériences, et l’industrie des communications-marketing a tenté de lui en donner. C’est notamment le cas dans le commerce de détail. Par exemple, Frank + Oak a ouvert plusieurs boutiques concepts au pays. La boutique ouverte à Montréal à la fin de 2015 comprend notamment un café et un barbier.  

L’expérience se vit aussi dans les campagnes expérientielles. Par exemple, en avril dernier, Bell a fait appel à Média Experts et à Eat It Up pour promouvoir l’arrivée de son service Fibe à Toronto. Pendant quelques semaines, une équipe s’est déplacée dans 19 quartiers de la ville dans un camion muni d’un four à bois pour distribuer des pizzas napolitaines habillées aux couleurs du service Fibe. 

4. Le storytelling et la réalité virtuelle

Le storytelling a eu la cote en 2016 et devrait continuer sur cette lancée en 2017. Le storytelling, c’est l’art, très ancien, de raconter une histoire. Ce qui rend cette forme de communication à la mode? L’innovation technologique. Depuis quelques années, la formule publicitaire traditionnelle du 30 secondes est éclatée sur le web, où l'on peut trouver des publicités sous la forme de courts-métrages de plusieurs minutes. Mais en 2016, la réalité virtuelle a permis de redéfinir les formes narratives.

Par contre, la façon optimale d’utiliser le storytelling en marketing par cette technologie reste à découvrir. Habituée de mener le consommateur du point A au point B, l'industrie doit maintenant apprendre à recourir à un environnement 360 où elle ne peut contrôler où va le regard de l'utilisateur. Certaines marques, comme Vidéotron, ont tenté la réalité virtuelle pour faire vivre une expérience au consommateur, mais peu ont risqué le storytelling. Le quotidien The Guardian a employé la formule du 360 degrés pour démontrer la réalité du confinement carcéral. Bref, voilà un «buzzword» devrait continuer de se faire entendre en 2017. 


5. Justin Trudeau

Le nom d’un autre politicien se glisse parmi les «buzzwords» de 2016. Élu à l’automne 2015 comme premier ministre du Canada, Justin Trudeau a fait couler beaucoup d’encre, ici comme à l’international. Il a notamment fait la une du numéro d’avril du magazine américain GQ, une édition consacrée aux hommes les plus stylés. Il y est décrit comme le nouveau «suave canadian leader dude», une description qui n’a jamais été utilisée pour Stephen Harper. En France, le très sérieux Nouvel Observateur a fait la une avec une photo de Justin Trudeau en canot, intitulée «Le rêve canadien». Autre bon coup de 2016: il a marqué l’histoire en étant le premier premier ministre à marcher lors d’un défilé de la fierté gaie. S’il a été élu personnalité médiatique de l’année en 2015, Justin Trudeau semble avoir marqué des points aussi en 2016. 

 

comments powered by Disqus