La référence des professionnels
des communications et du design

Amazon Prime Video lancé au Canada

Le géant Amazon lance Prime Video, son service de vidéodiffusion en continu, dans 200 pays, dont le Canada.

Amazon l'a annoncé elle-même mercredi. Des 200 nouveaux marchés qu'elle entend percer, la grande majorité pourront profiter d’un prix spécial de lancement de 2,99$ par mois, au lieu du tarif mensuel normal de 5,99$.

Toutefois, dans 19 pays, dont le Canada, la France, les États-Unis, l'Inde et le Royaume-Uni, Amazon Prime Video sera offert uniquement avec un abonnement annuel au service Prime, qui inclut d'autres avantages tels que la livraison gratuite et, bientôt, les commerces Amazon Go. Au Canada, le coût d'un abonnement annuel à Amazon Prime est de 79$, ce qui correspond à 6,59$ par mois.

Prime Video est proposé en version ordinateur de bureau, ainsi que sur appareil mobile et tablette grâce à une application. Les utilisateurs peuvent également télécharger les émissions sur leurs appareils mobiles afin de les visionner hors connexion, une initiative récemment introduite par Netflix, grand concurrent de Prime Video.

Du contenu en français

Pour le lancement de son service ici, Prime Video comptera sur un catalogue de 88 films et séries de télé comprenant une piste audio en français. De plus, 86 titres seront offerts avec des sous-titres en français. Du lot, certains se retrouvent aussi parmi les 88 titres traduits en français. Par contre, les interfaces du site web et de l'application Prime Video sont seulement en anglais.

CLAUDE LAMOUREUX

vice-président principal et directeur général DE cossette média

PHOTO: MAUDE CHAUVIN

Pour Claude Lamoureux, vice-président principal et directeur général de Cossette Média, le catalogue francophone de Prime Video intrigue. «Pour l'instant, le catalogue francophone n'est pas immense, mais il a le mérite d'être là dès le départ. Parce qu'il lance son service dans 200 pays, j'imagine que l'objectif d'Amazon est de se positionner dans tous les marchés, ce que le contenu francophone lui permet.»

Il précise toutefois que l'effet de l'arrivée de Prime Video au Québec devrait être limité, compte tenu de la taille du catalogue francophone, d'une part, et du fait que les Québécois sont de grands consommateurs de contenus locaux et adaptés à leur marché.

Poursuivant sa pensée, Claude Lamoureux estime qu'«il est difficile de deviner quelles seront les stratégies sur le plan local adoptées par les géants Amazon et Netflix, mais l'arrivée de Prime Video confirme encore plus la tendance mondiale vers l'écoute en diffusion continue. Et la grande question pour de telles plateformes, c'est de savoir si elles développeront des partenariats à l'échelle locale, pour produire des contenus francophones adaptés au marché d'ici. Quand on regarde la tendance, ça semble inévitable.»

Une offre vouée à grandir

Du côté d'Amazon, Tim Leslie, vice-président, international, de Prime Video, indique que «The Grand Tour et d’autres séries originales d’Amazon comme TransparentMozart in the Jungle et The Man in the High Castle, ainsi que des centaines de films hollywoodiens et séries de télé, sont maintenant disponibles» aux utilisateurs du monde entier. Il ajoute que «ce qui est vraiment excitant, c'est que ce n’est que le début.» 2017 pourrait donc réserver des surprises en matière de contenu spécifique aux différentes régions.

Amazon Prime Video était jusqu’ici proposé seulement aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Allemagne, en Autriche et au Japon. En s'ouvrant à 200 nouveaux marchés, Prime Video se place désormais comme le concurrent principal de Netflix, présent dans un peu plus de 190 pays.

Amazon a comme politique de ne pas dévoiler le nombre d’abonnés de son service Prime. D'après la société de recherche CIRP, Prime en comptait 65 millions à la fin de septembre 2016, uniquement aux États-Unis. Il s'agit d'une hausse de 38% par rapport à 2015.

comments powered by Disqus