La référence des professionnels
des communications et du design

Les émojis, un bien public?

À la chronique Bêtes de pub cette semaine, Arnaud Granata, éditeur d'Infopresse, et Stéphane Mailhiot, vice-président, stratégie, de Havas Canada, discutent, entres autres, de la première convention Émojicon.

Les émojis représentent une tendance grandissante dans l'industrie. Leur utilisation générale est en expansion sur le web, et de plus en plus de marques, dont Pepsi, Coca-Cola et Ikea, y vont de leurs propres émojis pour accompagner leurs campagnes. Même Kim Kardashian, Ellen DeGeneres et Éric Salvail ont proposé leurs propres déclinaisons.

arnaud granata

infopresse

Signe de la force de cette tendance, on a tenu à San Francisco le tout premier Émojicon, événement consistant en trois jours de conférences destinées aux passionnés d'émojis. L'intérêt? Faire en sorte que les émojis cessent d'être contrôlés par le consortium Unicode.

Arnaud Granata explique qu'Unicode est un groupe assez opaque de représentants provenant de grandes entreprises du web, comme Apple, Google et Adobe. Chacune paie environ 18 000$ par année pour faire partie de ce groupe et donc, avoir la possibilité de choisir les émojis qui se retrouveront sur les téléphones du monde entier.

stéphane mailhiot

havas canada

Arnaud Granata indique que ceux qui souhaitent proposer leurs propres émojis doivent remplir un formulaire adressé à Unicode, puis passer une période de 18 mois d'attente et d'approbation par les membres de ce consortium. C'est une situation que dénonce le fondateur de l'Émojicon. Selon lui, le processus devrait être plus démocratique, afin de laisser la chance aux émojis créatifs de faire leur petit bonhomme de chemin. Parce qu'actuellement, comme l'explique Arnaud Granata, «le tout géré par des entreprises qui font de l'argent avec ça».

Aussi au programme cette semaine: retour sur l'élection de Donald Trump, discussion sur la modernisation du commerce en ligne de La Baie et le retour du site de rencontres Ashley Madison.

Retrouvez l'intégralité de la chronique «Bêtes de pub», diffusée à l’émission Médium large de Radio-Canada.