La référence des professionnels
des communications et du design

Les amis au cœur de la découverte de contenus

En ligne comme à la télévision, 70% des adultes québécois découvrent du nouveau contenu grâce aux recommandations de leurs amis, selon une étude du Fonds des médias du Canada (FMC).

C'est ce que révèle le deuxième volet de l'étude sur la découvrabilité du FMC, intitulée Découvrabilité: Vers un cadre de référence commun - Volet 2: le parcours de l’auditoire.

Au Québec, 70% des participants découvrent de nouvelles émissions à l'aide d'amis leur en parlant en personne, 32% à l'aide de recommandations des pairs sur les réseaux sociaux, 52% à la suite de l'écoute d'une annonce à la télévision et 18% après l'écoute d'une annonce en ligne.

Fait à noter, le rôle des influenceurs dans la découverte de nouveau contenu ne serait que de 5% au Québec, contre 12% dans le reste du Canada.

Un visionnement en transformation

Le rapport indique aussi que les adultes canadiens possèdent en moyenne plus d'appareils numériques que jamais. Ainsi, 75% des Canadiens détiennent un téléphone intelligent, 89% un ordinateur, 54% une tablette et 40% un téléviseur pouvant être connecté à internet. De plus, 94% des Canadiens possèdent au moins un de ces appareils.

Le visionnement de flux vidéo en continu serait aussi en voie de devenir la norme au pays. En effet, l'enquête indique que les Canadiens (hors Québec) de 16-18 ans regardent plus de contenu en ligne qu'à la télévision, avec une moyenne de 15,14 heures de visionnement sur les plateformes numériques et de 8,15 avec les téléviseurs traditionnels.

Au Québec, les chiffres révèlent plutôt que la télé traditionnelle domine toujours, avec une moyenne de 14,86 heures de visionnement par semaine pour les Québécois de 16-18 ans, contre 10,86 sur les plateformes numériques.

L'écart est encore plus grand chez les jeunes Québécois, alors que les enfants de 9-12 ans regardent en moyenne trois fois plus la télévision conventionnelle que la numérique.

L’objectif de cette étude était d’explorer la découvrabilité du point de vue des auditoires canadiens, c'est-à-dire de déterminer les façons dont ils apprennent l’existence de contenu et font leurs choix, en plus d'identifier les principaux vecteurs de découvrabilité.

* En illustrations: images et graphiques tirés de l'étude du Fonds des médias du Québec illustrant les données utilisées dans cet article.

comments powered by Disqus