La référence des professionnels
des communications et du design

Bloquera bien qui bloquera le dernier

Après The Atlantic, c'est au tour du journal Le Monde de prendre des mesures pour contrer les bloqueurs de publicité. Le média français estime que 20% de ses lecteurs sont munis d'un tel programme. 

La stratégie du journal Le Monde est d'empêcher les lecteurs utilisant un bloqueur de publicité de consulter son contenu. Des messages leur demanderont désormais de désinstaller leur programme s'ils désirent lire les articles. 

Cette offensive cadre dans la lutte collective des éditeurs français contre les bloqueurs publicitaires. Deux tests d'un mois complet chacun ont été effectués en mars et en septembre derniers. Les journaux et magazines en ligne demandaient alors aux internautes utilisant des bloqueurs de les mettre sur leur liste blanche, sans toutefois bloquer le contenu. 

Cette fois, Le Monde prend de plus gros moyens. Le journal estime que, si plusieurs internautes l'ont inscrit sur leur liste blanche, ils réactiveront de nouveau le bloqueur s'il n'y a pas de conséquence concrète à cette action. 

«Je comprends les personnes qui utilisent un bloqueur sur Le Monde, admet Pierre Buffet, chef analytique de l'éditeur, en entrevue avec Digiday. Nous savons que nous publions trop de publicité, mais nous ne pouvons nous passer de ce revenu en ce moment.» 

Le Monde avait auparavant refusé d'être trop exigeant envers les bloqueurs. Ses dirigeants craignaient de voir l'achalandage sur le site diminuer considérablement. «Mais si nous n'apportons pas d'importants changements sur nos sites et n'agissons pas aux sources du problème, nous ne gagnerons pas cette lutte», affirme désormais Pierre Buffet. 

À noter que le système antibloqueur n'est pour l'instant efficace que sur les ordinateurs. Son site mobile vient tout juste d'être repensé pour améliorer l'expérience utilisateur. 

Plus tôt ce mois-ci, The Atlantic, aux États-Unis, a aussi lancé une offensive contre les bloqueurs de publicité. 

comments powered by Disqus