La référence des professionnels
des communications et du design

The Atlantic en lutte contre le blocage publicitaire

Les lecteurs en ligne du magazine The Atlantic auront désormais un choix à faire: lire gratuitement le contenu grâce aux annonceurs ou payer un abonnement sans pub. 

Modèle d'affaires à deux vitesses

Le 17 octobre, The Atlantic a publié sur son propre site web son nouveau modèle d'affaires. Celui-ci incite les utilisateurs de bloqueurs publicitaires à s'abonner à une version payante et sans publicité. S'ils préfèrent, ils pourront aussi ajouter The Atlantic dans leur «liste blanche», une option permettant aux utilisateurs de bloqueurs de laisser passer les pubs sur des sites sélectionnés.

Les utilisateurs d'un bloqueur publicitaire ne pourront plus lire le contenu de The Atlantic sans payer ou le mettre dans leur «liste blanche».

Pour l'instant, le message offrant ce choix apparaît sur le site, mais les internautes peuvent encore consulter gratuitement le contenu de The Atlantic en employant un bloqueur publicitaire. C'est parce que la transition du site le faisant passer d'un format HTTP à un format HTTPS n'est pas encore terminée. Interrogé par le quotidien Wall Street Journal, Kimberly Lau, vice-présidente, numérique et développement d'affaires, a affirmé que le changement devrait être finalisé d'ici la fin de 2016. Dès lors, les utilisateurs d'un bloqueur ne pourront plus lire le contenu de The Atlantic sans payer ou le mettre dans leur «liste blanche». Les frais d'abonnement seront de 3,99$ par mois ou de 39,99$ par année. 

Les personnes ne recourant pas à un bloqueur pourront continuer de consulter gratuitement le site de The Atlantic.

Conserver une relation historique avec la publicité

Dans sa publication du 17 octobre, signée Kimberly Lau, The Atlantic explique cette initiative. Elle y raconte la longue relation du magazine avec les annonceurs et leur importance pour le soutien du travail de journalisme. 

Cette relation, selon elle, est devenue encore plus importante au XXIe siècle. The Atlantic, comme bon nombre d'autres quotidiens et magazines, est passé d'un modèle d'abonnement à un modèle de distribution gratuite avec l'arrivée d'internet. Cette pratique fait des publicités la plus importante source de revenus du journal. 

8,5% des lecteurs en ligne de The Atlantic utilisent un bloqueur publicitaire.

Ce modèle d'affaires a bien fonctionné pendant quelques années, mais il est maintenant mis en danger par les bloqueurs publicitaires, souligne Kimberly Lau au Wall Street Journal. Ainsi, 8,5% des lecteurs en ligne de The Atlantic utilisent un bloqueurs, estime-t-elle, ce qui représente des millions de dollars de revenu potentiel. 

Des recherches menées par The Atlantic révèlent que les internautes qui emploient ces programmes le font pour des raisons de sécurité, de vie privée et d'expérience utilisateur. Kimberly Lau explique que cette initiative vise donc à permettre aux lecteurs de lire The Atlantic dans un environnement où ils sont à l'aise, en soutenant tout de même le travail de journalisme de façon alternative. 

*En couverture: des publicités de l'édition de septembre 1937 de The Atlantic (qui apparaissaient sur l'article The Crisis and the Political Parties de Herbert Hoover). 

comments powered by Disqus