La référence des professionnels
des communications et du design

Donald Trump: l'art de la polémique

Le candidat à l’investiture républicaine réitère son intention de fermer les frontières pour les Musulmans et les Mexicains. Bernard Motulsky explique la stratégie derrière cette offensive médiatique. 

Renforcer ses bases
«C’est un message simple qui dit deux choses: méfions-nous des Mexicains et des Musulmans et fermons les frontières pour ramener l’Amérique à ce qu’elle était avant», explique Bernard Motulsky, titulaire de la chaire de relations publiques et communication marketing de l’Uqam. En effet, il appelle à l'interdiction temporaire de l'entrée des Musulmans sur le territoire américain et à la construction d'un mur entre le Mexique et les États-Unis. Le tout présenté avec des images des personnes responsables de l'attaque de San Bernardino, de confession musulmane, ainsi que d'une frontière traversée par de nombreux migrants.

bernard motulsky

 titulaire de la chaire de relations publiques et communication marketing de l’Uqam

Avec un tel message, Donald Trump persiste et signe sur ses positions qui lui valent de nombreux partisans. «Même si elles lui apportent des critiques, elles lui apportent également beaucoup de sympathie, soutient Bernard Motulsky. Surtout auprès des électeurs qui cherchent des réponses simples à des problèmes complexes.»

Mais selon Bernard Motulsky, ce modèle pourrait connaître ses limites en élections présidentielles. «S’il attire un noyau dur parmi les électeurs républicains, cette base sera de plus en plus difficile à élargir.»

Éclipser les opposants
Ce premier message vidéo est destiné à la télévision et devrait coûter deux millions$ pour une semaine de diffusion dans l’Iowa et au New Hampshire, deux États votant avant les autres. À titre comparatif, l’équipe de Jeb Bush, autre candidat à l'investiture républicaine, a déjà dépensé plus de 40 millions$ en publicités télévisées. Malgré des investissements moins importants en publicités traditionnelles, Donald Trump occupe la majorité de la place disponible dans les médias.

«Tous les candidats cherchent à attirer l’attention avec des propositions originales, mais ça veut parfois dire qu’il faut dépasser les bornes.»

Selon Bernard Motulsky, il arrive à un tel résultat en maniant l’art de la polémique. «Ceux qui ne réussissent pas à créer des polémiques éprouvent plus de difficultés à attirer l’attention et à faire parler d’eux dans les médias. Donc, tous les candidats cherchent à attirer l’attention avec des propositions originales, mais ça veut parfois dire qu’il faut dépasser les bornes. Donald Trump a résolument décidé de franchir ce Rubicon. Jusqu’à présent, il prouve que c’est plus payant que la prudence de ses opposants.»

Dans sa publicité, Donald Trump revient et insiste sur les allégations qui lui ont valu les critiques les plus hargneuses jusqu’à maintenant, explique Bernard Motulsky. Ce faisant, il éclipse tous les autres candidats: alors qu’aucun espace publicitaire n’a été réservé jusqu’à maintenant pour cette publicité, elle a déjà été généreusement regardée et relayée sur les réseaux sociaux. 

comments powered by Disqus