La référence des professionnels
des communications et du design

Suppression de 158 emplois à La Presse

Cette annonce survient à la suite de la décision de mettre fin à l’édition de papier du quotidien en semaine; 43 postes à la salle de rédaction ont été supprimés. 

La Presse a annoncé jeudi matin une réduction de son effectif en raison de la fin de son édition de papier en semaine, de l’adoption d’un modèle numérique et du contexte de la crise des médias en général.

La réduction de personnel touchera 102 emplois réguliers et 56 temporaires, pour un total de 158 postes. Les postes touchés sont des emplois syndiqués, non syndiqués et cadres, et proviennent de tous les secteurs de l’entreprise. Les employés concernés seront rencontrés aujourd’hui et auront accès à des mesures de soutien. Les départs respecteront les conventions collectives en vigueur, notamment en ce qui a trait à l’ancienneté. Presque tous les départs auront lieu dans trois mois, en janvier 2016. À l’issue de cette réduction, La Presse comptera 633 employés réguliers.

En 2011, le quotidien a choisi d’investir afin de développer l’application La Presse+, la déployer, assurer sa mise en marché, répondre aux besoins supplémentaires des annonceurs et des lecteurs, et exploiter simultanément deux plateformes. Pour répondre à la demande, elle a procédé à des embauches importantes. Aujourd’hui, La Presse retourne dans un environnement à une seule plateforme principale, avec un nouveau modèle d’affaires. Après les départs, le nombre d’employés réguliers sera équivalent à celui de 2011 pour l’organisation.

«La décision de mettre fin à l’édition de papier en semaine en janvier et le changement de notre modèle d’affaires modifient inévitablement nos besoins en main-d’œuvre», explique Guy Crevier, président et éditeur de La Presse.

L’annonce touche 43 postes à la rédaction. «Malgré ces départs, La Presse disposera encore de la plus grande salle de nouvelles au Québec, avec 283 employés réguliers et temporaires comparativement à 239 en 2011. Elle demeure ainsi l’une des rares en Amérique du Nord à avoir augmenté son effectif ces cinq dernières années. Avec notre modèle 100% numérique en semaine, l’entreprise dispose désormais d’un modèle d’affaires viable et de fondations solides.»

comments powered by Disqus