La référence des professionnels
des communications et du design

Facebook en 360

Jeudi, Facebook a annoncé que les vidéos 360 sont maintenant disponibles pour les marques et éditeurs de contenu. Thomas Hargreaves, de Ressac, analyse les possibilités de cette technologie en tant que véhicule publicitaire. 

En faisant glisser le doigt sur les appareils mobiles ou la souris sur les ordinateurs, les internautes peuvent désormais voir tous les angles d'une vidéo, comme quand on fait un tour sur soi-même. 

Période de test
Les annonceurs ne peuvent actuellement déposer des vidéos 360 que de façon organique, donc sur leur propre page Facebook, avec les limites qu’on connait au chapitre de la visibilité. «Mais c’est sans doute parce qu’on en est encore au stade des tests pour ce qui est des solutions publicitaires, explique Thomas Hargreaves, stratège numérique de Ressac. On attend de voir comment les gens vont réagir avant de définir un modèle de monétisation. Mais c’est certain que ça va arriver prochainement.»

On attend de voir comment les gens vont réagir avant de définir un modèle de monétisation.

D’ailleurs, Facebook a récemment annoncé son partenariat avec la firme Moat Analytics, parce que de nombreux annonceurs exprimaient leur désaccord avec le mode de comptabilité des visionnements. Selon Thomas Hargreaves, Facebook cherche donc sans doute à établir ses nouveaux standards avant de lancer les vidéos 360 pour tous les annonceurs.

Quelques tests sont déjà sur Facebook. Par exemple, sur les pages du joueur de basketball LeBron James, GoPro, Saturday Night Live, Vice, Mountain Dew et Discovery, il est déjà possible de regarder des vidéos en 360 degrés.

thomas hargreaves

ressac

Quelle est la valeur ajoutée pour les annonceurs?
Selon Thomas Hargreaves, avec la vidéo sur Facebook, on ne se trompe pas. Mais pour les vidéos 360, il y a un intérêt particulier pour les premières marques qui vont se lancer. «Les premiers qui joueront avec cette technologie attireront beaucoup d’attention avec le facteur "wow" et la nouveauté.»

Cependant, il est difficile de se prononcer tout de suite sur les avantages à long terme de la vidéo 360. «Puisque nous en sommes encore au balbutiement des tests auprès des internautes, il reste à voir comment les publicités seront exécutées et quel message elles véhiculeront.» D’ailleurs, l'expert estime qu'il sera intéressant de voir les nouvelles initiatives publicitaires qui en découleront: les annonceurs ne pourront pas utiliser la formule vidéo traditionnelle avec une équipe de tournage, qui serait visible en mode 360. «Jusqu’à maintenant, on a vu deux types d’exécutions très différentes. Il y a le modèle du direct, testé par Saturday Night Live, et celui avec les images de synthèse, testé par Star Wars. Il faut donc encore découvrir les meilleurs moyens de communiquer avec ce modèle, ceux qui génèrent les meilleures réponses.»  

Que ce soit pour mettre en ligne des vidéos 360 ou les commercialiser, les annonceurs québécois devront sans doute attendre un peu avant d’essayer cet outil.

Par contre, le fait que ce soit poussé par Facebook devrait amener beaucoup plus de gens à être exposés à ce type de contenu, selon Thomas Hargreaves. «Pour l’instant, ceux exposés sont plutôt des geeks, et l'on ne peut parler à tout le monde avec ce contenu. Désormais, les possibilités seront bien plus diversifiées. Ça devrait entraîner les annonceurs et investisseurs à produire du contenu pour les différentes applications recourant à cette technologie.»

Au Québec
Selon Thomas Hargreaves, ce n’est pas une technologie qui sera bientôt accessible pour les annonceurs et éditeurs québécois. Au-delà de l’équipement spécial nécessaire pour produire ce type de contenu, Facebook n’ouvrira pas la possibilité de diffuser des vidéos 360 à tout le monde, tout de suite. «Généralement, quand Facebook présente une nouvelle fonctionnalité publicitaire, il la débloque seulement pour certains annonceurs avec un gros budget et qui peuvent se permettre de tester le produit. Que ce soit pour mettre en ligne des vidéos 360 ou pour les commercialiser, les annonceurs québécois devront donc sans doute attendre un peu avant d’essayer cet outil.»

Sans doute, c’est parti. Nous verrons de plus en plus ce type de contenu.

Ainsi, il reste encore beaucoup de paramètres à définir afin de comprendre l’ampleur de cette technologie pour les annonceurs. Cependant, elle permet à Facebook de concurrencer Google, qui a récemment lancé la vidéo 360 sur YouTube. «Sans doute, c’est parti, affirme Thomas Hargreaves. Nous verrons de plus en plus ce type de contenu, que ce soit en vidéo, en film ou dans les jeux.»

comments powered by Disqus