La référence des professionnels
des communications et du design

Le français, langue principalement utilisée sur internet au Québec

L’enquête NETendances 2014 du Cefrio indique que les langues employées par les internautes québécois pour naviguer sur le web correspondent au portrait des langues parlées ici avec une forte prédominance du français.

Le Cefrio a dévoilé ces chiffres qui proviennent d’un nouveau volet de l’enquête NETendances sur les langues utilisées par les Québécois sur internet, par type d'activité réalisé.

Au total, 56,5% des internautes québécois naviguent exclusivement en français, alors que 11,6% le font exclusivement en anglais. La majorité des internautes interrogés naviguent uniquement dans leur langue d’usage (67,4% chez les francophones et 86,6% chez les anglos). Toutefois, 30,2% des internautes francophones naviguent sur internet dans plus d’une langue, alors que c’est seulement le cas d’à peine un anglo sur 10 (9,7%).

Les jeunes internautes sont plus nombreux à recourir à deux langues ou plus (44% des internautes de 18-44 ans) pour naviguer sur internet. Cette proportion est de seulement 20,5% chez ceux de 45 ans+.

«Les activités pratiquées sur le web influencent la langue employée par les internautes québécois, explique Claire Bourget, directrice principale, recherche marketing, du Cefrio. La consultation de sites gouvernementaux, la communication et la socialisation avec la famille et les amis se déroulent majoritairement en français. Les internautes sont toutefois moins nombreux à se servir uniquement du français dans les activités de divertissement, comme jouer à des jeux en ligne, regarder des films ou écouter de la musique sur internet.»

L'enquête NETendances 2014 a été réalisée par le Cefrio avec la collaboration de BIP et financée par le Mouvement des caisses Desjardins l'Office québécois de la langue française et le ministère québécois du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale.

Les résultats détaillés peuvent être consultés en suivant ce lien.

comments powered by Disqus