La référence des professionnels
des communications et du design

Fin de La Presse papier en semaine: les réactions des autres quotidiens

«Contrairement à La Presse, nous ne laisserons pas tomber ceux qui lisent nos journaux imprimés chaque semaine», déclare Le Journal de Montréal, dans un communiqué.

La nouvelle annoncée par La Presse mercredi a fait réagir le lectorat, mais aussi le monde des médias québécois, confronté à une redéfinition du modèle d’affaires. Les principaux concurrents de La Presse ont d’ailleurs jugé nécessaire d’expliquer et de justifier en quoi leur modèle est différent.

Au Journal de Montréal, on défend la santé de la presse de papier au Québec. Dans un communiqué, Julie Tremblay, présidente et chef de la direction de Québecor Groupe Média, affirme que «62% de la population choisit de lire un quotidien imprimé chaque semaine». Elle y soutient également l’importance de respecter les choix du lectorat et de lui offrir différentes plateformes pour la lecture de son contenu. Enfin, Julie Tremblay s’adresse aux annonceurs en déclarant que «Le Journal de Montréal offre plus de portée que son compétiteur en rejoignant 1,8 million de lecteurs chaque semaine».

Quant au quotidien Le Devoir, il s’est adressé directement à ses lecteurs, dans un article signé par Stéphane Baillargeon, relatant les justifications, l’histoire et les conséquences pour les employés de La Presse. En marge du texte, Bernard Descôteaux, directeur du Devoir, exprime son allégeance au papier et réaffirme son modèle d’affaires. «La route que suit Le Devoir est différente de celle de La Presse. Nous avons mis en place voilà déjà plusieurs années un modèle payant, seule façon quant à nous de pouvoir proposer à nos lecteurs une information de qualité, que nous déployons sur plusieurs plateformes». 

 

comments powered by Disqus