La référence des professionnels
des communications et du design

La Russie en guerre contre Google

Google vient d’être condamnée par l’organisme russe Federal Antimonopoly Services (FAS) pour avoir obligé les fabricants de téléphones intelligents à installer par défaut plusieurs applications Google sur leurs appareils.

La plainte a été formulée par Yandex, premier moteur de recherche en Russie, et déposée auprès de l'organisme Federal Antimonopoly Services (FAS), responsable de la régulation de la concurrence en Russie. Si Yandex demeure numéro 1 en Russie en matière de moteur de recherche, le groupe peine à progresser dans la mobilité, dans lequel Google domine. 

Dans cette plainte, Yandex accuse Google d’abus de position dominante concernant les téléphones intelligents employant le système Android – les appareils Android représentent 86% du réseau russe. En effet, les constructeurs de terminaux Android souhaitant offrir l’accès au Play Store sont obligés d’installer par défaut les applications Google Maps, YouTube ou Google Search. De plus, Google interdit aux fabricants de préinstaller d’autres moteurs de recherche comme Yandex, justement.

La décision sera dévoilée le 28 septembre, mais les décideurs de FAS ont déjà donné raison au plaignant Yandex. Ils pourraient infliger à Google une amende allant jusqu’à 15% du chiffre d’affaires réalisé en Russie grâce aux applications mobiles.

Ce n’est pas la première fois que Google est accusée d’abus de position dominante, En 2013, 17 entreprises européennes avaient porté plainte auprès de la Commission européenne, pour la même raison. Bruxelles accuse Google de profiter de sa position sur le marché de la recherche en favorisant ses propres sites d’achat au détriment de ceux de ses concurrents. De même, Google favorise des liens vers sa plateforme YouTube plutôt que vers d’autres sites de vidéos.

Le géant californien nie ces accusations dans sa réponse à la Commission européenne: «Nous ne pensons pas que notre format soit anticoncurrentiel. Au contraire, la diffusion d’annonces axées sur des données structurées fournies par les commerçants améliore manifestement la qualité des annonces et facilite la recherche du consommateur.» Google risque une amende six milliards d’euros, soit la moitié de son bénéfice annuel.

La même situation se profile en Inde, où les autorités indiennes de régulation ont lancé une enquête à la suite de plaintes déposées par différents acteurs du web. L’accusation est la même qu’en Europe, Google étant accusé de biaiser les résultats de recherche pour favoriser ses propres sites et ainsi écarter ses concurrents. Google risque jusqu’à 1,4 milliard de dollars d’amende.

comments powered by Disqus