La référence des professionnels
des communications et du design

Paxi, une nouvelle application qui concurrencera Uber

Une nouvelle application qui vise à réunir les fournisseurs de taxi et les indépendants verra le jour d’ici la fin de l’année. Les commentaires de Mario Sabourin, directeur général de Paxi.

L’initiative a été lancée par quatre anciens de l'industrie du taxi. Fondée en 2014, l’entreprise Paxi technologie veut «offrir une solution pour aider l’industrie à sortir de la crise actuelle», selon Mario Sabourin. «Il fallait trouver une idée rassembleuse qui amène l’ensemble des intermédiaires à s’unifier», dit-il

Paxi fournira des solutions de paiement, d’administration et de communication au domaine du transport par taxi. L’application sera lancée officiellement le 1er décembre prochain, le temps que suffisamment d’entreprises et de chauffeurs s’y inscrivent. Les membres profiteront, en plus des services de l’application, d’avantages économiques provenant du réseau de partenaires établi, dont certains pour l’achat d’essence, d’assurances, de forfaits cellulaires ou le financement de véhicules écologiques. L’application sera gratuite, mais une cote sera prélevée sur les frais des courses effectuées.

Les entreprises, comme les chauffeurs indépendants, pourront s’affilier. «Pour obtenir le droit de faire de la répartition, les indépendants doivent s’enregistrer par un intermédiaire, précise Mario Sabourin. Ils pourront ainsi s’enregistrer sous l’intermédiaire Paxi, qui possède un permis, puis s’inscrire sur l’application.»

L’application, conçue par des développeurs indépendants, permettra entre autres aux utilisateurs de choisir l’entreprise et le type de véhicule désiré (transport adapté, mini van, véhicule écoénergétique…). Le système acceptera le paiement numérique, par carte de débit ou de crédit. Le montant de la transaction sera automatiquement déposé dans le compte du chauffeur - un aspect jusqu’à maintenant décrié par ces derniers. 

Cette initiative se veut une réplique directe à l’offre d’Uber, qui porte un coup dur à l’industrie du taxi. «Il faut le reconnaître, l’industrie québécoise du taxi traverse une crise grave, en particulier à Montréal. Comme l’y invitent les gouvernements, l’industrie doit transformer cette crise en occasion pour mieux répondre aux besoins de la clientèle et assurer sa croissance. Avec Paxi, l’industrie québécoise du taxi a maintenant les moyens de se moderniser et d’améliorer sa profitabilité, tout en répondant aux exigences gouvernementales. Avec les juristes, notre but était de trouver une façon de faire respectant la réglementation existante. Nous ne voulions pas demander une modification à la loi.»

Cette nouvelle fait suite au lancement, en juillet, de l’application intelligente développée par Taxi Diamond et alors qu’Uber a proposé au gouvernement du Québec de payer une taxe spéciale de 10 sous par course afin de trouver un terrain d’entente sur la question de la légalité du service. 

Il est à noter que l'identité de marque et l'ensemble de la stratégie de commercialisation et de communication des produits Paxi ont été réalisés par l'agence French et que l'Orange bleue a reçu le mandat des relations publiques.

comments powered by Disqus