La référence des professionnels
des communications et du design

Campagne électorale: qui a gagné la deuxième semaine?

Alors que la poussière du premier débat des chefs retombe, la seconde semaine de la campagne électorale reste en mode estival. Voici une analyse de ce qui s'est passé dans les médias traditionnels par Caroline Roy de Mesure Média.

La machine médiatique ne s’emballe pas encore. Et les journalistes attendent impatiemment des révélations-chocs de l’ex-chef de cabinet de Stephen Harper, Nigel Wright, au procès du sénateur Mike Duffy. Mais quels ont été les gains et déficits médiatiques des derniers jours?

Gains:

1. La FTQ soutient le NPD, mais largue-t-elle le Bloc québécois?
La une de La Presse de ce mardi y allait d’un titre-choc: La FTQ largue le Bloc pour soutenir le NPD. Thomas Mulcair avait toutes les raisons de sourire.

Le secrétaire général de la FTQ, Serge Cadieux, a multiplié les entrevues pour dire que sa centrale n’abandonnait pas le Bloc, mais qu’elle soutenait plutôt les candidats les plus susceptibles de battre les conservateurs. Damage control, comme on dit en bon français…

Toujours est-il que cette nouvelle publiée dans La Presse+ a rapporté un gain de réputation de 40 030$ au NPD, selon notre outil d’évaluation des médias mesure [d]. Pour le Bloc québécois, ce même article représente plutôt un déficit de réputation de -15 705$.

2. Elizabeth May sort de l’ombre
La chef du Parti vert, Elizabeth May, a reçu plusieurs commentaires positifs dans les médias après sa performance. Ce bon départ lui permet d’augmenter sa présence médiatique. Dans les jours ayant suivi le débat, elle a obtenu trois fois plus de mentions dans les journaux et sites web canadiens par rapport aux premiers jours de la campagne.

3. De l’économie au terrorisme 
Seul chef à faire campagne en avion et en autobus, Stephen Harper dicte encore les thèmes des promesses du jour.

Si le premier ministre sortant nous a lancé quelques promesses à saveur économique la semaine dernière, il a opté pour la sécurité et le terrorisme lors de cette deuxième semaine de campagne.

Sa volonté de mettre fin au «tourisme terroriste» s’est retrouvée en une des quotidiens National Post et Toronto Star pendant jours consécutifs. Cette annonce controversée force tous les partis à réagir, permettant à la nouvelle de rester dans l’actualité plus de 24 heures. Il s'agit d'une longévité rare pour une promesse de campagne.    

4. Justin Trudeau en visite au Québec
Justin Trudeau était de passage au Québec en début de semaine. Il en a profité pour visiter sa circonscription de Papineau et jouer à la cachette dans un parc nous apprend une photo publiée sur Twitter. 

Surtout, Justin Trudeau a tenté d’augmenter sa présence médiatique ici. Il a offert une entrevue exclusive au TVA 17h, au cours de laquelle le chef d’antenne Pierre Bruneau lui a reproché d’entendre juste une cassette. Malgré tout, cette entrevue lui vaut un gain de réputation de 13 710$ (toujours selon l'évaluation mesure [d])

Déficits:

1. Un lancement sous le signe des manifestants
Thomas Mulcair souhaitait sans doute éviter les manifestants au lancement à Toronto de son autobiographie, Le courage de ses convictions. Près de 75% des textes publiés dans les journaux et sites web canadiens ont mentionné la présence de manifestants à l’événement.

Par le fait même, la position de Mulcair et de son parti sur le pétrole des sables bitumineux est revenue le hanter.

2. Le français en arrache
Les fautes de français sur les pancartes et dans les publicités électorales se multiplient. Il s’agit sans doute d’un signe que la campagne a commencé sur les chapeaux de roue.

Les partis doivent aussi «alimenter» rapidement la machine médiatique, ce qui provoque des erreurs... Dans les minutes ayant suivi le débat de jeudi dernier, les conservateurs ont lancé sur les médias sociaux une pub vantant la victoire de leur chef, devenu le «Prime Minster (sic)» pour l’occasion. 

Le blogue électoral du Devoir recense les principales fautes de français répertoriées jusqu’à maintenant. Décourageant!

3. Stephen Harper au pôle Nord, Nigel Wright au procès Duffy
Selon ses adversaires, Stephen Harper est parti se cacher dans les Territoires du Nord-Ouest et au Nunavut pendant que son ex-chef de cabinet comparaît au procès de Mike Duffy. Caché ou non, des journalistes le suivent dans son avion de campagne. Le premier ministre sortant n’y échappera point.

Jusqu’à maintenant, il n’enregistre aucun déficit de réputation majeur avec le témoignage de Nigel Wright. S’en tirera-t-il indemne? Ou Nigel Wright offrira-t-il des munitions aux partis de l’opposition pour leur permettre de dominer pleinement l’agenda de la campagne? À suivre… 

4. Les élections détrônées par le fameux mariage
Le mariage entre Pierre Karl Péladeau et l’animatrice Julie Snyder sera célébré ce samedi. Trois jours avant la cérémonie, la nouvelle était déjà en une du National Post. Petit conseil aux chefs de partis et aux candidats en campagne: oubliez les grosses annonces samedi prochain. Reposez-vous: les médias n’en auront que pour le mariage. 

comments powered by Disqus