La référence des professionnels
des communications et du design

Guy de Bureau en gros arrive au Québec

Bureau en gros lance sa campagne de la rentrée avec un nouveau personnage qui aura sa déclinaison québécoise. 

Guy de Bureau en gros est donc l’équivalent québécois de Staples Guy, apparu dans les pubs du détaillant en janvier dernier aux États-Unis. Celui-ci aura donc sa version canadienne, en français et en anglais, pour lancer la période d’achats entourant le retour en classe.

«Nous gardons l'accent sur nos bas prix: ce sera toujours notre mandat, affirme Sandy Salmon, directrice de la publicité. Mais nous voulions aussi mettre de l’avant que nous avons de bons associés pouvant aider les consommateurs concernant tout ce qui se trouve sur leur liste. C’est ce qui nous démarque: le service à la clientèle et la commodité.»

Cette campagne s’adresse aux mères, qui s’occupent encore majoritairement des achats du matériel scolaire. L’entreprise a mené une étude de marché auprès d’elles, puis a découvert que le budget constitue leur préoccupation première; le temps est également très important à leurs yeux. «Si elles peuvent économiser et réaliser tous leurs achats rapidement à un seul endroit et au meilleur prix garanti, elles en ressortent entièrement gagnantes. Le personnage Guy de Bureau en gros en était la meilleure incarnation», estime Sandy Salmon.

La version canadienne de Staples Guy sera assurée par le même comédien que celui de la campagne américaine, Brendan Bradley. Au Québec, un comédien d’ici, Yann Tanguay, jouera le rôle. «L’ADN de notre organisation est identique partout, mais nous désirions quelqu’un d’animé, qui ressemblait aux Québécois et aux employés de Bureau en gros.»

Cette offensive est axée autour de l’idée que les mères se déplacent encore en magasin avec leurs enfants pour leurs achats. Pourtant, le contexte actuel indique que plusieurs détaillants connaissent certaines difficultés à embrasser le virage numérique (commerce électronique, mobilité, etc.) et que ce retard a parfois des répercussions sur la rentabilité de l’entreprise – on a dit notamment de Future Shop et de Jacob que le commerce électronique avait eu raison d’eux. Comment Bureau en gros justifie-t-elle le choix d'une initiative axée sur la vente en magasin? 

«Nous avons constaté que la période du retour en classe en est une où les mères se déplacent encore massivement en magasin.»

«Nous devons avoir une vision du marketing multicanal, qui permet aux consommateurs d'effectuer leurs achats comme ils le souhaitent. Mais à la lumière de nos recherches, nous avons constaté que la période du retour en classe en est une ou les mères se déplacent encore massivement en magasin, souligne Sandy Salmon. C’est, par exemple, l’occasion pour elles de donner un budget à l’enfant qui les accompagne, en lui permettant d’effectuer lui-même certains achats. Mais bien entendu, nous ne pouvons nier que plusieurs achètent en ligne aujourd’hui, et nous avons prévu un "centre de retour en classe" sur notre site, qui guide les internautes dans notre offre en ligne.»

L'initiative est déployée au Québec une semaine plus tôt qu'au Canada, puisque les classes commencent plus tôt ici. DentsuBos est l’agence québécoise de Bureau en gros.

comments powered by Disqus