La référence des professionnels
des communications et du design

Monétisation et rayonnement du contenu télé en ligne: encore des défis

Les avenues sont multiples pour les contenus écrans, mais leur diffusion comporte encore certains enjeux. Les panélistes de la conférence Bientôt sur vos écrans se penchent sur la question.

On dit des médias numériques qu’ils sont éminemment mesurables. Pourtant, les outils font toujours défaut lorsque vient le temps de mesurer la portée d’une émission de télé sur le web. «La firme Nielsen a récemment fait des efforts [afin de mesurer les cotes d’écoute sur les plateformes numériques également], mais un vide persiste, estime Éric Villain, directeur général, Amérique du Nord, de la marque et de l'expérience client de GfK. Ce manque de système de mesure freine les marques et leurs agences quand vient le temps d'accorder du budget au contenu multiécran.»

«Toutes les mesures sont possibles, mais il n’existe pas de recette magique.»

De son côté, Philippe Collard, chef, programmation et présence en ligne, de l’Office national du film (ONF), croit que le «gros bon sens» est à privilégier avant tout dans l’utilisation du big data et que tout ne réside pas dans la mesure: «Toutes les mesures sont possibles, mais il n’existe pas de recette magique. Il faut savoir injecter une certaine dose d’intuition dans toutes ces données. Par exemple, on sait que les gens regardent davantage de films sur le site web de l’ONF lorsqu’il pleut. A-t-on vraiment besoin de data pour tirer telle conclusion? Certaines évidences peuvent aussi guider nos choix.»  

«Il est bon que des fans s’adressent à d’autres fans. Ceux-ci vont monitorer la communauté autour d’une émission autant que vous le feriez.»

Trouver ses superfans
À une époque où une émission de télé n’est plus qu’une émission, mais bien une plateforme, il est néanmoins plus important que jamais de faire vivre celle-ci en ligne comme en ondes, puis de mettre le contenu en marché selon les points de contact complémentaires: «On doit d’abord s’interroger sur son auditoire», croit la productrice transmédia d'Innovate By Day, Deborah Day. Bien ciblé sur les médias numériques et sociaux, celui-ci offre un fort potentiel pour faire rayonner sa marque en ligne et créer ce qu’elle nomme des superfans, qui en deviennent éventuellement ambassadeurs: «Il est bon que des fans s’adressent à d’autres fans. Ceux-ci vont monitorer la communauté autour d’une émission autant que vous le feriez. Il s’agit d’un changement important: l’auditoire a désormais le contrôle.»

La deuxième édition de la conférence Bientôt sur nos écrans, une initiative du Groupe Évolumédia, a été présentée ce mercredi à Montréal.

comments powered by Disqus