La référence des professionnels
des communications et du design

Fermetures chez Gap: «On assiste à un redéploiement»

Le groupe Gap a annoncé que 175 de ses 675 boutiques en Amérique du Nord fermeront d’ici quelques années. Jacques Nantel, professeur de marketing de HEC Montréal, revient sur cette nouvelle qui rappelle les difficultés récentes de nombreux commerces de détail. 

Sans être une bonne nouvelle pour le commerce de détail, Jacques Nantel explique que la restructuration annoncée par Gap ne signifie pas nécessairement un signe de mauvaise santé pour le groupe américain. «La fermeture de succursales ne veut pas systématiquement dire que l’entreprise est en difficulté. Il s’agit en grande partie de choix de réseaux de distribution. Best Buy l’a fait l’année dernière et Staples le fait actuellement.»

Jacques nantel

Ainsi, Gap pourrait simplement suivre le mouvement du commerce électronique et trouver plus de rentabilité dans la vente en ligne qu’en boutique. «12% des ventes de vêtements se passent désormais en ligne, affirme Jacques Nantel. De 2007 à 2014, le nombre de pieds carrés dévolus au commerce de détail au Canada a diminué de 10%. Bref, on assiste à un redéploiement de l'actif des détaillants. Nous allons voir plus de vente en ligne, de plus petites succursales et moins de magasins. Gap se trouve dans cette mouvance.» 

D'ici janvier prochain, 140 boutiques fermeront. Les 300 magasins-entrepôts de la marque ne sont pas touchés par cette restructuration. Quelques boutiques en Europe seront également fermées, mais aucune précision n'est donnée à ce propos. 

Cette annonce devrait entraîner des pertes d'emplois. Les détails n'ont pas encore été communiqués, sauf pour ce qui est de la suppression de 250 postes au siège social à San Francisco. L'entreprise vise ainsi à simplifier les prises de décisions.

Avec cette réorganisation d'envergure, Gap souhaite économiser 25 millions$ par année, à partir de 2016.

comments powered by Disqus