La référence des professionnels
des communications et du design

Consommation média: «Le contenu n’est plus attaché à une plateforme»

Les Canadiens consomment 8,5 heures de médias par jour: c'est ce qu'on apprend dans le rapport annuel de ZenithOptimedia sur la consommation des médias dans le monde en 2014. Dominique Verdon de Carat et Frédéric Rondeau d'Espace M reviennent sur les données les plus importantes de cette enquête.

Dominique Verdon

vICE-PRÉSIDENT ET Directeur groupe DE carat

La recherche s’intéresse au temps passé sur les différents médias: journaux, magazines, télévision, radio, cinéma, internet et affichage extérieur.  

En 2014, on a consommé en moyenne à 485,3 minutes par jour de médias dans le monde. En 2015, ce chiffre atteindra 492 minutes, une augmentation de 1,4% majoritairement attribuable à une grande utilisation d’internet. Au Canada, la moyenne s’élève à 8,5 heures par jour en 2015.

FrÉdÉric Rondeau

Associé d'Espace M

«Grâce au web, on assiste à une explosion de l’information disponible, dit Dominique Verdon, vice-président et directeur de groupe de Carat. Ainsi, les gens consomment davantage de médias, car il y a plus de contenus à découvrir et parce qu’il est plus facile d’y accéder, notamment avec l’essor des appareils mobiles. Le consommateur n’a pas de plateforme de rattachement, il est juste en quête de contenu.» «Les besoins auxquels les gens répondent en utilisant les médias n’ont pas changé avec internet, ajoute Frédéric Rondeau, associé d'Espace M. En revanche, les médias numériques facilitent l’accessibilité et la multiplicité de l’offre.»

Depuis 2010, le temps moyen passé à lire les journaux a diminué de 25,6%, alors que celui consacré à consulter les magazines a chuté de 19%. Ces chiffres ne réfèrent qu’aux formes originelles de ces médias, c’est-à-dire que si les formats numériques sont consultés, ils sont comptabilisés dans les statistiques du média internet. On ne doit plus distinguer entre médias traditionnels et médias numériques, selon Frédéric Rondeau. «Il convient de raisonner en matière de contenu. Internet est un métamédia qui donne accès à tous les types de contenus: audio, vidéo, écrit, etc. L’auditoire a donc logiquement migré vers le web, synonyme d’accessibilité et de variété.»

 

«la très forte croissance de la consommation des médias en ligne au PAYS est liée à l’emploi de plus en plus élevé des téléphones intelligents et à l’utilisation de plus en plus forte des plateformes sociales.»

Depuis 2010, le temps passé sur internet a grimpé de 59,6 à 109,5 minutes par jour. La part d’internet dans l'utilisation de tous les médias était de 22,6% en 2014. Le Canada n’échappe pas à la tendance, avec une consommation des médias hors ligne en baisse de 9% et une augmentation des médias en ligne de 100% atteignant trois heures quotidiennes. Les Canadiens y passent en moyenne 30% plus de temps que le reste du monde à consommer des médias. «Deux facteurs expliquent la très forte croissance de la consommation des médias en ligne au pays, crois Frédéric Rondeau. «L’emploi de plus en plus élevé des téléphones intelligents et celui de plus en plus fort des plateformes sociales. L’utilisation de ces dernières se fait majoritairement avec les appareils mobiles. Les deux facteurs sont donc intimement liés.» «Internet constitue un point de contact qui donne accès à des contenus pouvant provenir de différents endroits, ajoute Dominique Verdon. Le contenu n’est plus attaché à une plateforme, il se promène. Grâce aux réseaux sociaux, le web permet de partager et de rendre visible du contenu qui ne serait peut-être pas apparu dans les médias traditionnels.»

«Le contenu n’est plus attaché à une plateforme, il se promène.»

Malgré son léger déclin (6% de baisse depuis 2010), la télé reste le média le plus populaire, ayant attiré 183,9 minutes de consommation par jour en 2014. Elle comptait pour 42,4% de la consommation globale de médias en 2010, et 37,9% en 2014. Pour Dominique Verdon, ce chiffre n’est pas surprenant: «Plusieurs croyaient à son décès, mais elle reste très performante. De plus, l’offre s’y est diversifiée avec la VOD et la télévision connectée. De nos jours tout peut passer par l’écran, il convient simplement de voir qu’il y a du contenu attitré à chaque plateforme et performant sur chacune. C’est le cas de la télévision avec les émissions en direct, par exemple.» 

comments powered by Disqus