La référence des professionnels
des communications et du design

Québec: quel visage pour le financement participatif en capital?

Le financement participatif en capital devrait arriver au Québec cette année. Le Cefrio publie un rapport sur ce sujet pour évaluer la façon dont les internautes d'ici accueilleront cette nouvelle pratique. 

Au Québec, l’Autorité des marchés financiers sera responsable d'établir des règles afin d’encadrer et de favoriser le développement de cette méthode de financement. «Les récents travaux de recherche du Cefrio ont permis d’enrichir notre réflexion sur l’encadrement du financement participatif en capital qui devrait être mis en place, notamment face au comportement des investisseurs sur les plateformes électroniques de financement», mentionne Louis Morisset, président-directeur général de l'Autorité. 

Importance des portails web

Le portail web joue un rôle central dans le financement participatif en capital, puisqu’il est l’intermédiaire entre l’investisseur et l’émetteur. Il agit essentiellement comme un garde-fou, devant notamment s’assurer que les entreprises qui se servent de la plateforme respectent les règles.

Au Québec, il est prévu que l’Autorité conserve ses pouvoirs d’inspection envers le portail et qu’elle maintienne une liste publique et à jour des portails qui auront déposé auprès d’elle l'information et les documents nécessaires pour agir comme portail.

La réglementation et la cible influent sur le positionnement des plateformes

Le Cefrio a comparé différents portails offrant du financement participatif en capital. Les résultats font ressortir que, selon la réglementation en vigueur dans le pays concerné, la clientèle visée est plus ou moins «sophistiquée» et le portail est plus ou moins «populaire» dans sa façon de s’adresser aux investisseurs potentiels.

Plus un site cible des investisseurs «non sophistiqués», plus il fait un emploi intensif des médias sociaux pour se faire connaître.

Par exemple, aux États-Unis les plateformes s’adressent davantage à des investisseurs plus fortunés et expérimentés. Les risques de l’investissement sont très peu, voire pas du tout, expliqués aux visiteurs. À l’inverse, au Royaume-Uni, les portails sont plus «populaires», touchant une clientèle plus nombreuse. Pour y investir, l’investisseur doit comprendre les risques. Selon les observations du Cefrio, plus un site cible des investisseurs «non sophistiqués», plus il fait un emploi intensif des médias sociaux pour se faire connaître.

Au Québec, en raison des montants limites d’investissement peu élevés envisagés par l’Autorité, il est certain que le marché sera «populaire», attirant probablement une clientèle d’investisseurs moins «sophistiquée». Le portail devra donc s’assurer qu'ils comprennent bien les risques associés au financement participatif en capital.

Le portail web doit avant tout informer

Le Cefrio a aussi dévoilé les résultats de tests utilisateurs réalisés sur des Québécois possédant le profil type de l’investisseur sur un portail web de financement participatif en capital.

Ainsi, les portails web d'ici devraient, entre autres, afficher clairement sur leurs sites la description des risques auxquels les investisseurs sont confrontés en matière de financement participatif en capital à plusieurs endroits distincts sur leurs sites et en favorisant la présentation des risques les plus importants en premier. Il est également recommandé de présenter les risques de l’investissement avant de permettre aux investisseurs potentiels de saisir le montant de leur investissement sur le portail et, aussi, de définir les termes techniques utilisés.

L’arrivée du financement participatif en capital au Québec est imminente. 

L’arrivée du financement participatif en capital au Québec est imminente. Puisqu’aucune plateforme n’est active pour le moment et que le public ciblé est composé de néophytes, il serait judicieux d’adopter une communication composée de campagnes d’information et orientée autour des risques associés à cette nouvelle pratique.

Une mauvaise connaissance de cette nouvelle pratique au sein de la population pourrait s’avérer un frein à son développement au Québec. Plus les Québécois seront bien informés au sujet de cette nouvelle pratique, plus les retombées sur l’économie du Québec seront positives.

Retrouvez l'intégralité du rapport du Cefrio en cliquant sur ce lien.

comments powered by Disqus