La référence des professionnels
des communications et du design

Nouvelles heures d’ouverture au centre-ville de Montréal: occasion ou contrainte?

La nouvelle mesure d’exception commerciale qui permet aux commerces du centre-ville de Montréal d’ouvrir aux jours et aux heures qu’ils désirent prend effet lundi. Quels sont les vrais effets de cette nouvelle sur le commerce de détail? L’avis de Bianca Barbucci, experte en marketing et en expérience client, et de Jacques Nantel professeur titulaire de HEC Montréal.

bianca barbucci

Double tranchant
Selon Bianca Barbucci, cette possibilité procurera un dynamisme nouveau aux commerçants, mais ne sera pas nécessairement profitable à tous. D’une part, cela mettra une pression chez les détaillants pour rester concurrentiels. «De plus, les petits seront davantage pénalisés, car il sera plus difficile pour eux d’engager du personnel supplémentaire.» «Cette nouvelle favorisera les plus gros détaillants, renchérit Jacques Nantel. Les ventes n'augmenteront que de manière marginale, mais les profits, eux, devraient baisser.» Un risque et un coût que les petits commerçants ne pourront possiblement pas absorber.

jacques nantel

Comment les petits commerçants peuvent-ils profiter de cet achalandage?
Bianca Barbucci voit tout de même d’un bon œil l'achalandage créé, pour ceux qui pourront rester ouverts comme pour les autres. «Que ceux qui le peuvent le fassent; les autres devront élargir leur offre en se tournant vers d’autres canaux. Ils pourront ainsi profiter de l’achalandage généré par leurs voisins pour attirer l’attention et rediriger les consommateurs vers leur site web ou leur magasin électronique. La vitrine constitue un magasin en soi, sauf qu’on n'en ressort pas avec de la marchandise. Cela fera probablement comprendre aux détaillants que l’achalandage 24 heures sur 24 existe déjà, mais qu’il faut bien intégrer les différents canaux de magasinage.»

comments powered by Disqus