La référence des professionnels
des communications et du design

Hélène Godin: «Le designer a une importance capitale dans le développement d’une marque»

Alors qu’elle ferme le chapitre de sa carrière chez Sid Lee, la designer revient sur ce qui lie les marques à son champ d’expertise, puis fait le point sur son propre parcours. 

«Mon parcours professionnel compte deux grands chapitres, contrairement à bien des gens du milieu qui bougent souvent. J’ai passé 11 ans chez Cossette, puis 14 chez Sid Lee. Ma propre évolution a suivi celle de chacune de ces entreprises.» Hélène Godin occupait jusqu’à la fin de mars le poste de directrice de création, associée, de Sid Lee, agence qu’elle a jointe en 2001. Elle s’y est attelée à la transformation de l’image de grands annonceurs d’ici. On lui doit notamment le repositionnement de la STM et les pastilles de goût de la SAQ.

«Le designer comprend tout ça: que même avec la nouveauté, il doit exister une cohérence dans le temps, qui lie tous les gestes.»

La pérennité fait partie des valeurs de la designer, qui croit fermement au pouvoir de son champ de compétences lorsque vient le temps de poser des assises solides pour une marque: «Je m’intéresse beaucoup à ce qui dure. Et le design a une importance majeure dans la création de marques fortes qui perdureront dans le temps. Le designer, de par sa formation, comprend tous les aspects du rayonnement d’une marque. Peut-être plus que quelqu’un qui possède une formation publicitaire conventionnelle. Le designer a la capacité de poser des assises, tout en créant la surprise. Car il comprend tout ça: que même avec la nouveauté, il doit exister une cohérence dans le temps, qui lie tous les gestes. Cette recherche pour moi constitue l’atout le plus important pour bâtir des marques dans l'avenir.»

Dans un monde où les indicateurs de performance et les cotes d’écoute sont maîtres, le design a-t-il de la valeur aux yeux des annonceurs? Hélène Godin est persuadée que c’est le cas: «Prenons une marque comme Apple, qui jouit de son avant-gardisme en la matière. Comme designers, nous avons le rôle de parler de l’impact économique de notre travail, qui peut être énorme.»

hélène godin

en conférence lors de la plus récente édition du Fid, au costa rica

Agence ou pas, elle continuera donc de nourrir son attachement au positionnement et à la transformation des marques. Il s’agit d'un fil conducteur de sa carrière, tout comme son amour de Montréal, qu’elle perçoit comme particulièrement créative et pleine de promesses. D'ailleurs, Hélène Godin est une fière ambassadrice de la métropole: celle qui croit que la célébration du design avec sa communauté demeure la pierre angulaire d'une ville créative a elle-même servi d'inspiration au Festival international du design (FID), où elle a donné une conférence récemment.   

«Comme designerS, nous avons le rôle de parler de l’impact économique de notre travail pour une marque, qui peut être énorme.»

Si elle cherche pour l'instant à prendre un moment pour réfléchir à ses projets, Hélène Godin demeure fixée sur l’importance de la transmission: celle de notre créativité, qui doit voyager à l’extérieur de nos frontières, et celle de son métier, et des gens qui le pratiquent. «On parle souvent des produits qu’on crée, mais peu des gens qui les produisent. Qui sont derrière eux, quel a été leur processus de création? J’ai travaillé longtemps à monter des équipes de travail, et la question est importante pour moi. Trouver de bonnes personnes, c'est créer de la magie. Ça me passionne.»

comments powered by Disqus