La référence des professionnels
des communications et du design

Une télé plus abordable pour les Canadiens

D'ici la fin de 2016, ceux-ci pourront bonifier un service d'entrée de gamme abordable avec les chaînes supplémentaires qu'ils désirent, à la carte ou avec de petits forfaits de chaînes à des prix raisonnables.

Le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) veut maximiser le choix et l'abordabilité pour les téléspectateurs canadiens avec cette nouvelle feuille de route, intitulée Monde de choix.

D'ici mars 2016, les Canadiens pourront s'abonner à un service de télévision d'entrée de gamme qui ne coûtera pas plus de 25$ par mois. Il donnera la priorité aux émissions d'information et aux bulletins de nouvelles locales et régionales. Plusieurs Canadiens ont clairement exprimé l'importance de ceux-ci dans le cadre des audiences publiques Parlons télé.

Les Canadiens pourront bonifier leur service de télévision en s'abonnant à des canaux individuels qui seront offerts à la carte ou au moyen de petits forfaits.

De même, les consommateurs canadiens ont exprimé leur frustration à l'égard des forfaits de base qu'offrent les entreprises de distribution par câble et par satellite, lesquels, à leur avis, comptent trop de chaînes et sont devenus trop chers. Aussi, ils pourront désormais bonifier leur service de télévision d'entrée de gamme en s'abonnant à des chaînes individuelles offertes selon une formule à la carte ou au moyen de petits forfaits à des prix raisonnables. Ils pourront choisir parmi les forfaits thématiques - sports, mode de vie, humour, etc. - qu'offrent leurs fournisseurs de services.

Les consommateurs pourront également conserver leurs services de télévision actuels.

Les changements annoncés aujourd'hui s'orientent autour des idées que le CRTC a proposées initialement dans un document de travail publié en août 2014 pour maximiser le choix et l'abordabilité au sein du marché des services de télévision.

«Il s'agit d'établir une feuille de route qui donne à tous les Canadiens la liberté de choisir le contenu télévisuel qui répond à leurs besoins, à leur budget et à leur situation unique.»

«Il ne s'agit pas de choisir pour les Canadiens. Il s'agit plutôt d'établir une feuille de route qui leur donne la liberté de choisir le contenu télévisuel répondant à leurs besoins, à leur budget et à leur situation unique - et cela peut même comprendre des stations de télévision en direct gratuites, affirme Jean-Pierre Blais, président du CRTC. Les gens pourront trouver la solution la plus avantageuse pour leur ménage. Ces changements sont mis en place de manière responsable et calculée pour atténuer l'incidence sur l'économie canadienne et sur les emplois dans l'industrie de la télévision au Canada. Nous sommes conscients qu'il faut laisser le temps aux radiodiffuseurs d'adapter leurs stratégies d'affaires et de programmation, alors que les entreprises de distribution par câble et par satellite doivent mettre à jour leurs systèmes informatiques. Toutefois, rien ne les empêche de devancer le calendrier établi par le Conseil et de proposer, plus tôt, un plus grand choix.»

Pour soutenir les changements, le CRTC a présenté un code de conduite pour les radiodiffuseurs et les fournisseurs de services de télévision. Il précise les modalités afférentes aux ententes de gros conclues entre ces deux parties. Par exemple, il fait en sorte que les entreprises de distribution par câble et par satellite offrent au moins un forfait préassemblé avec des canaux indépendants; il garantit aussi que les abonnés ne seront pas privés indûment de canaux en raison d'un différend commercial dans le marché de gros.

Le contenu du code sera finalisé en septembre 2015 à la suite d'un processus public accéléré.

L'annonce d'aujourd'hui représente la quatrième d'une série de décisions établissant un nouveau cadre prospectif pour le système de télévision du Canada. Le CRTC avait déjà annoncé des décisions portant sur le contenu créé par les Canadiens, les politiques d'annulation, la télévision locale et la substitution simultanée.

comments powered by Disqus