La référence des professionnels
des communications et du design

Mélanie Dunn: «Notre industrie a changé, et c’est ce que tous vivent actuellement»

La présidente de Cossette au Québec faisait partie de la délégation québécoise à Austin pour la part interative de SXSW. Focus sur ce qu’une agence de communication peut retirer de cette expérience.

mélanie dunn

Était-ce votre première expérience au festival? 
C’était ma deuxième expérience là-bas – j’ai eu un coup de cœur l’année dernière. En tant que chef de file d’entreprise, c'est bien de se pencher sur son industrie, sur ce qui s’y fait de mieux et de se frotter à la concurrence, comme à Cannes. Mais il me semble qu’on tire des leçons plus globales sur la vision d’entreprise dans un endroit comme Austin. 

SXSW est un énorme carrefour rassemblant toutes sortes d’industries au dénominateur commun: celui de l’adoption de la technologie. 

Justement, que tirez-vous comme leçons, à titre de présidente d’une agence de communication, à SXSW? 
Il s’agit d’un énorme carrefour rassemblant toutes sortes d’industries au dénominateur commun: celui de l’adoption de la technologie. Celle-ci a bouleversé tout le monde, créé un certain chaos, suscité des débats – c’est un enjeu universel. Toutes les sphères ont été confrontées à des changements très rapides et certaines ont trouvé des idées pour en tirer profit, ou des solutions pour contourner certains problèmes. Ces exemples peuvent servir à tout le monde, puis inspirer nos méthodologies en communication, qui nous permettront d’avancer.  

On dit souvent de notre industrie qu’elle a énormément changé, qu’elle subit de grandes transformations –, mais c’est ce que tous vivent, en médecine, en transport et même en astronomie. 

Qu’est-ce qui a retenu votre attention au cours de cette édition?
D’abord, le rapprochement entre la technologie et la santé a attiré beaucoup d’attention au cours des dernières années, et le sujet était au cœur de plusieurs conférences. 

Ensuite, le nombre de conférences et de discussions sur notre rapport avec l’intelligence artificielle, peu importe ses formes, était élevé. Deux d'entre elles m’ont particulièrement frappée. L’une parlait de la bionique, notre perception du membre artificiel, et de ce qu’il peut apporter à l’humain, change. On est passé de l’idée de l’humain réparé à celle d'un humain élevé à un niveau supérieur, capable de faire de choses autrement impossibles sans ce nouveau membre. 

Une autre conférence abordait la robotique: Peut-on torturer un robot? Est-ce réellement un être inanimé? Ces questions sont préoccupantes pour l’humain, et nous en sommes encore à développer notre vision, notre perception et notre position dans ces débats. Il faut s’y intéresser, car nous devrons comprendre ces enjeux. Ils influenceront éventuellement notre métier, puisque ces nouvelles technologies seront utilisées dans des secteurs comme le nôtre.

comments powered by Disqus