La référence des professionnels
des communications et du design

Du déodorant à la voiture connectée, que prépare Google?

Voiture, objets et maisons connectés, robotique, intelligence artificielle, Google est sur tous les fronts. Sylvain Carle, directeur général de FounderFuel et associé de Real Ventures, fait le point sur les intentions du géant américain.

sylvain carle

directeur général, FonderFuel et associé, Real Ventures

Google a récemment obtenu le brevet pour son projet de déodorant connecté, datant de 2012. L’invention permet à son utilisateur de recevoir des vaporisations de parfum – ou d’éviter ses amis à proximité – en fonction de son odeur corporelle. Si la commercialisation du projet n’est pas à l’ordre du jour, cela démontre une volonté de l’entreprise de se diversifier et de s’imposer sur le marché des wearables.

«Google est une fantastique machine d’acquisition, de traitement et de monétisation des données comportementales.»

En s’attardant sur les récentes acquisitions de Google – Nest Labs en domotique, Boston Dynamics en robotique, Deepmind Technologies en intelligence artificielle –, il paraît difficile de saisir la stratégie de l’entreprise, outre sa propension à la diversification. «Il y a en fait une suite logique dans le fonctionnement de Google, explique Sylvain Carle. L’entreprise a pour mission la collecte de données, qu’elles soient analysées ou personnalisées. Ce procédé contient deux niveaux stratégiques. Le premier se situe au chapitre des données elles-mêmes, le second dans la capacité à développer des systèmes qui apprennent de ces données et progressent en fonction d'elles: l’apprentissage automatique. Google Voice et Google Now fonctionnent par exemple de cette manière.»

Selon lui, la meilleure définition de Google serait ainsi la suivante: «Une fantastique machine d’acquisition, de traitement et de monétisation des données comportementales. Récolter de l'information lui permet de personnaliser sa publicité, sa plus grande source de revenu et ses services payants. C’est donc là que se situe son cœur d’activité, et il le restera dans les prochaines années, à une autre échelle.»

«Ce qu’Apple possède en expertise de marketing et design, Google le compense par ses capacités opérationnelles.»

Dans cette optique, Google est aujourd’hui l’acteur le mieux placé pour s’imposer sur le marché des objets connectés. «La source des revenus de Google devrait se diriger légèrement vers les services connexes aux objets connectés. Dans ce secteur, le cercle des compétiteurs est très fermé. Ce qu’Apple possède en expertise de marketing, design et vente au consommateur, Google le compense par ses capacités opérationnelles à très grande échelle. S’ils embauchent les meilleurs esprits en intelligence artificielle, c’est bien qu’il se passe quelque chose sur ce plan.»

L'horizon semble dégagé pour la firme de Mountain View, qui prépare sereinement son avenir. Du côté consommateur, aucune indignation quant à l'utilisation des données personnelles ne laisse apparaître de menace. Mais d'un point de vue plus large, les sujets touchés par les nouvelles tendances devraient être à l'origine de profonds débats. «Le potentiel des objets connectés sera l'un des plus grands sujets de société dans les prochaines années. Les données touchées par les nouvelles applications seront très sensibles, notamment dans la médecine. C’est déjà le cas avec HealthKit d’Apple et Google Fit sur Android. Savoir quel site web je visite, c’est peut-être fatigant, mais le jour où je ne pourrai pas renouveler mon assurance parce que ma montre connectée démontre que j’ai menti dans mon formulaire, c’est autre chose.»

comments powered by Disqus